Véritable maladie du siècle, le stress s’invite partout, surtout au travail. Voici quelques clés pour préserver son bien-être professionnel tout en étant productif.

Analyser la situation
Selon Sophie Meunier, professeure au département de psychologie de l’UQAM, il est important de prendre le temps de réfléchir et de cerner les sources du stress. On peut donc tout simplement se poser quelques questions autoanalytiques : «Ai-je du pouvoir sur ces stresseurs?» «Que puis-je faire pour les changer?» Verbaliser et poser clairement le problème aidera à trouver plus facilement les solutions appropriées. Cela permettra également de dédramatiser la situation et d’atténuer les effets négatifs du stress sur le quotidien.

Décrocher
Une des meilleures méthodes pour éviter d’être happé par le stress professionnel est sans nul doute le détachement psychologique du travail. «Une fois que le travail est fini, il importe de passer à autre chose, d’entretenir une saine distance par rapport à nos tâches, explique la psychologue du travail Julie Ménard, aussi professeure et chercheuse à l’UQAM. Il faut penser à la dernière fois où on s’est dit qu’on n’avait pas vu le temps passer et essayer de favoriser ce type d’activité.» Qu’elle soit physique ou créative, une telle activité représente souvent une excellente manière de décrocher. Ce véritable rendez-vous avec soi-même favorise le développement personnel et le dépassement de soi. «Par exemple, on peut s’initier à l’escalade, apprendre une langue étrangère ou s’inscrire à une course», ajoute l’experte.

Méditer
À ne pas confondre avec la relaxation, la méditation permet quant à elle de prendre du recul et de jouer un rôle d’observateur. C’est donc une activité plus que bénéfique dans des situations stressantes. «C’est ce qu’on appelle de la présence attentive. Elle favoriserait une plus grande sérénité et nous mettrait dans de meilleures dispositions face au stress», explique Julie
Ménard. Cette pratique nous met en contact avec notre expérience, sans jugement ni intervention,
précise l’experte.

S’aérer l’esprit
Recharger ses batteries en ne faisant vraiment rien est fortement recommandé. «C’est difficile à mettre en œuvre, mais prendre seulement quelques minutes pour se déposer, sans lire, sans écouter la télé et sans parler peut permettre de restaurer les ressources dépensées au travail», précise Julie Ménard. Un conseil à mettre en application dès qu’on en ressent le besoin ou dès que l’occasion se présente. De telles occasions sont plus nombreuses qu’on le croit. Il suffit d’y penser. Au début, on peut même planifier ces occasions et les inscrire à son agenda pour faire intégrer cette «activité» à notre routine.

Faire preuve de compassion
Nous sommes souvent trop sévères avec nous-mêmes. «Il faut essayer d’intercepter les pensées négatives et auto-dépréciatives en les remplaçant par des pensées plus positives», explique Sophie Meunier. Fini, donc, les «Je n’y arriverai jamais» : place à «Je suis le/la meilleur(e)!» Croire en soi est primordial.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!