Réaliser un changement de carrière exige la plupart du temps de reprendre ses études ou d’en faire pendant plusieurs années.

Pour certains travailleurs, il est pourtant impossible d’envisager un retour à l’école compte tenu de leurs obligatoires familiales, de leur rythme de vie ou de leur travail actuel à temps complet. Mais une reconversion professionnelle choisie et réussie ne requiert pas systématiquement un retour aux études. Il existe d’autres démarches qualifiantes.

Le transfert de compétences
Mettre en œuvre un nouveau projet de carrière peut tout d’abord consister à démontrer à un employeur comment nos compétences professionnelles et personnelles lui seront utiles. Acquises au cours de la formation initiale et lors d’emplois précédents, ces habiletés sont les plus susceptibles d’être pertinemment mises à profit vers de nouvelles possibilités de travail dans d’autres secteurs d’activité.

En effet, un métier différent de celui qu’on exerce peut avoir autant sinon davantage de liens avec notre profil de personnalité, nos valeurs et notre savoir-faire actuels.

Aidée par un centre local d’emploi, Danielle Moreau, de Sherbrooke, a transféré ses compétences de chauffeuse d’autobus vers un poste d’ouvrière: «En observant les tâches qu’effectuaient les cols bleus de la Ville, je me suis rapidement rendu compte qu’avec mon expérience, je pouvais occuper un poste de journalière, de préposée de parc ou même de chauffeuse de déneigeuse.»

La reconnaissance des acquis et des compétences (RAC)
La RAC est un processus administratif qui permet de démontrer sa maîtrise de certaines compétences. Il s’agit de la reconnaissance officielle, par le ministère, d’une expérience de vie ou de travail significative. Offerte au Québec dans la plupart des établissements scolaires, cette démarche permet l’obtention d’une attestation d’études collégiales ou d’un diplôme d’études collégiales sans nécessairement devoir suivre des cours.

Karyn Beauchemin a suivi ce programme en gestion de l’approvisionnement au cégep de Sorel-Tracy: «Tout au long de mon parcours, j’ai pu continuer à m’occuper de mes enfants et conserver mon travail de l’époque à temps plein. J’ai pu effectuer un changement d’emploi grâce au 
programme», témoigne-t-elle.

Exercer un autre métier dans la même entreprise
L’occasion de changer de carrière peut également se présenter au sein d’une entreprise. Certaines entreprises offrent un programme interne qui permet d’obtenir un tout autre emploi, voire de changer de service, de collègues ou de mission.

Un bon sens du réseautage
Il existe dans notre entourage des professionnels d’autres secteurs d’activité mais dont les compétences et les valeurs sont semblables aux nôtres. «Ils peuvent être de précieux contacts pour rediriger sa carrière sans retourner aux études», explique Mathieu Guénette, directeur des services professionnels chez Brisson-Legris, une entreprise montréalaise en orientation et en gestion de carrière.

Le cas ontarien: la formation relais
Les programmes de formation relais s’adressent aux professionnels qualifiés et formés à l’extérieur du Canada. Ils leur permettent d’intégrer le marché du travail sans devoir repasser par les étapes de la formation reçue dans leur pays d’origine. La fonction publique de l’Ontario, par exemple, soutient un programme de stages rémunérés de six mois en communication, en finance, en chimie ou administration des affaires.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!