Josie Desmarais Omar Waedh.

C’est en 2011 et en famille qu’Omar Waedh, 33 ans, a décidé de venir s’installer au Québec. Tout comme sa femme, il a fait le choix de reprendre les études avant d’évoluer professionnellement dans la Belle Province.

Qu’est-ce qui vous a poussé à venir vous installer au Québec?
Après notre mariage en 2007 au Maroc et la naissance de notre fille en 2010, ma femme et moi avons décidé d’immigrer au Canada. À la fois pour chercher une meilleure vie pour notre fille ainsi que pour développer la nôtre. Nous nous sommes fixé des objectifs et un des premiers était l’éducation, pour nous et notre fille.

Vous a-t-il fallu reprendre votre carrière professionnelle à zéro?
Au Maroc, j’étais dans le domaine de la construction. En arrivant ici, j’ai fait le choix de reprendre mes études et de faire une maîtrise en gestion de projet dans ce même domaine professionnel. C’est ensuite que j’ai commencé à chercher du travail. Ce qui m’a aidé à décrocher mes premiers contrats aura été mon engagement dans les associations d’étudiants à l’université. Je suis également devenu chargé de cours. Ces occasions m’ont permis de me créer un premier réseau professionnel.

«C’est très important de réseauter. Faire des formations pour savoir réseauter est une bonne chose pour apprendre à cibler les entreprises, les personnes, les conférences…» –Omar Waedh

Comment s’est passée l’insertion sur le marché du travail?
En passant des entrevues, je me suis rendu compte que j’avais quelques faiblesses pour aller chercher un poste de chargé de projet. J’ai donc changé de stratégie. Une des premières étapes a été d’obtenir le titre de responsable des entrepreneurs chez Home Depôt. L’entreprise donnait beaucoup de formations qui m’ont aidé à avancer vers mon objectif professionnel. Puis, j’ai reçu une offre à la baie James pour être chargé de projet junior en collaboration avec Hydro-Québec. Ce parcours m’a permis d’obtenir par la suite un poste de chargé de projet chez Réseau Sélection, puis, récemment, le poste de chef de projet chez Mondev Construction.

Quel conseil donneriez-vous aux nouveaux immigrants prêts à (re)commencer leur carrière au Québec?
C’est très important de réseauter. Faire des formations pour savoir réseauter est une bonne chose pour apprendre à cibler les entreprises, les personnes, les conférences… Je dois aussi dire que le programme Interconnexion de la Chambre de commerce travaille beaucoup pour aider les gens à trouver ce réseau.

Vous êtes d’ailleurs mentor pour le programme Interconnexion. En quoi consiste ce rôle?
En allant dans un événement de réseautage, j’ai rencontré le directeur du programme, qui m’a proposé d’être mentor. J’ai commencé par faire des ateliers, puis du mentorat. J’aide les immigrants à ajuster leur curriculum vitae et je les pousse à aller chercher des formations professionnelles. Je partage également des offres d’emploi.

Chaque mois, Métro publie, en collaboration avec la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et son programme Interconnexion, des exemples d’intégration professionnelle réussie.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!