Collaboration spéciale Marie-Hélène Boivin

CV

  • Nom : Marie-Hélène Boivin
  • Âge : 33 ans
  • Dans la profession depuis : 10 ans

Dès sa sortie de l’école il y a 10 ans, la Dre Marie-Hélène Boivin a ouvert son cabinet montréalais en association avec d’autres chiropraticiens et deux massothérapeutes.

Pourquoi avoir choisi la chiropratique?
Quand j’étais jeune, je savais que je voulais être dans le domaine de la santé, même si je ne savais pas quelle spécialité choisir. Un jour, ma mère a eu mal au dos, elle est allée chez le chiro et, ensuite, elle n’avait plus mal. J’ai trouvé ça vraiment super et ça m’a intriguée. Après des études en sciences nature au cégep, j’ai donc fait ma demande au doctorat de premier cycle en chiropratique à l’Université de Trois-Rivières.

Quelles sont les tâches d’un chiropraticien?
Il y a plusieurs volets à notre travail. Par exemple, si on rencontre un nouveau patient, il faudra lui faire un examen (questionnaire, radiographies, observation de la posture, palpations, etc). On analyse ensuite le dossier, on fait un rapport, puis on pose un diagnostic. Lors du deuxième rendez-vous, on fait la présentation du rapport au patient puis on lui propose un traitement, ainsi que des conseils au quotidien. Donc, dans une journée, on peut faire des examens, des rapports et des traitements, et ce, autant à titre de prévention que dans le but de soulager.

Quel aspect de votre travail préférez-vous?
J’adore ce métier. Il n’y a pas de matin où ça ne me tente pas d’aller travailler! Ce que je préfère, c’est quand les gens nous disent qu’ils avaient mal depuis longtemps et qu’à la suite des traitements, ils vont mieux. Sentir que je peux faire une différence, c’est ce que je préfère du travail!

D’après vous, quelles sont les qualités requises pour être un bon chiropraticien?
Il faut aimer les gens! Toute la journée, on touche d’autres personnes, alors il faut aimer la proximité. Je dirais aussi l’empathie et la disponibilité: il faut prendre le temps d’écouter les gens et être capable de se mettre à leur place… Quand les patients viennent nous voir, la plupart du temps, c’est parce qu’ils ont mal et ont besoin d’aide : ils ont besoin d’écoute.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!