Getty Images/iStockphoto

La place du parent durant la période des devoirs est parfois difficile à définir. Même si les devoirs restent avant tout l’affaire de l’enfant, la présence d’un parent est essentielle, car celui-ci peut motiver et guider son enfant en le soutenant, en l’encourageant et en le félicitant.

17h. Retour à la maison et début du marathon du soir: souper, activités parascolaires, devoirs… La période des devoirs demeure une source de stress et de conflits importante pour plusieurs familles. Quelle place revient au parent?

Pour la plupart des enseignants, les devoirs constituent un élément central pour créer des liens avec les parents. Plusieurs recherches démontrent que l’engagement des parents est un facteur de réussite chez les élèves. Pour l’enfant, le parent est un motivateur, un guide qui l’aide à naviguer dans ses apprentissages. Ses encouragements et sa présence contribuent grandement au développement  d’une attitude positive envers l’école et les devoirs.

Comme un des objectifs principaux des devoirs est de renforcer l’autonomie de l’élève, il est conseillé au parent de se rendre disponible pour l’enfant sans, néanmoins, prendre toute la place.

Au primaire, surtout durant les premières années, il sera davantage aux côtés de son enfant pour l’aider; puis graduellement, ce dernier gagnera en autonomie et aura moins besoin de la présence continuelle de son parent. Tout compte fait, l’école et les devoirs sont l’affaire de l’enfant!

Pour le parent, il est possible de mettre en place des conditions propices à une période des devoirs agréable et efficace. Voici, en résumé, ce que les experts suggèrent.

Être disponible
Il s’agit d’être disponible… tout en laissant de l’espace à l’enfant. Autrement dit, il est préférable d’éviter d’être constamment à côté du jeune, sauf s’il est au début du primaire. De plus, puisque le retour de l’école est un moment de la journée souvent chargé pour les parents, une bonne idée est de préciser à votre enfant quels sont vos moments de disponibilité afin qu’il sache quand il pourra se tourner vers vous, au besoin.

Établir une routine
Il est suggéré d’établir une routine quotidienne que vous serez en mesure de respecter. Celle-ci devrait établir le temps alloué aux devoirs en plus de tenir compte des besoins de votre enfant, de son attention et de sa fatigabilité. Dans la mesure du possible, on tentera de respecter les recommandations de Thierry Karsenti (2015) en fixant la période des devoirs à 10 minutes par niveau scolaire, par exemple 10 minutes en première année, 20 en deuxième, et ainsi de suite.

Aménager l’environnement
Un environnement propice aux devoirs est un endroit calme, bien éclairé et sans sources de distraction. Saviez-vous que pour apprendre, il n’est pas nécessaire de se tenir assis bien droit sur une chaise? En effet, il est sain d’encourager votre enfant à varier ses positions durant son étude et à utiliser différents objets sur lesquels s’asseoir, comme une chaise, un fauteuil, des coussins, ou encore un ballon d’exercice. Cette approche, nommée «aménagement flexible», tend à démontrer l’efficacité de ces méthodes d’aménagement de l’espace sur la concentration des enfants.

Par ailleurs, il est suggéré que la chambre de l’enfant soit réservée exclusivement à son sommeil. Ainsi, votre enfant peut s’installer dans une autre pièce de la maison durant la période des devoirs, si c’est envisageable pour vous.

Avoir son matériel
L’enfant aura besoin que tout le matériel nécessaire soit mis à sa disposition. D’ailleurs, il sera encouragé si son parent pense à le féliciter lorsqu’il a tous ses effets scolaires. En cas d’oublis fréquents, une bonne idée serait de garder à la maison un exemplaire de chaque objet utilisé régulièrement par l’enfant au cours de ses devoirs (crayon, gomme à effacer, règle) et de les avoir toujours à portée de main, dans un endroit fixe.

Offrir des choix
Le jeune peut faire des choix, par exemple celui de la plage horaire où il fera ses devoirs, ou encore l’ordre dans lequel il les fera (par exemple, le français, puis les mathématiques).

Développer son autonomie
Il est possible d’aider l’enfant à développer son autonomie et son sens des responsabilités, à acquérir des stratégies d’autogestion (tel les que diviser un gros devoir en plusieurs tâches ou utiliser l’agenda pour la planification) et des stratégies d’apprentissage (comme des trucs de mémorisation). Votre enfant peut, par exemple, se fixer de petits objectifs au cours de ses devoirs et s’autoévaluer en lien avec ses apprentissages.

Vérifier le travail
Il est suggéré que le parent vérifie régulièrement le travail et l’agenda de son enfant et qu’il s’assure de rester en contact avec l’école.

Quand est-ce que c’est «trop»?

  • Jouer à l’enseignant: Aller au-delà de ce qui est enseigné en classe peut être tentant, mais ce n’est pas le rôle du parent.
  • Le faire à sa place: Offrir un soutien trop direct n’aide pas l’enfant à parfaire ses apprentissages. Il importe de garder en tête que les devoirs doivent permettre à l’enseignant d’évaluer les progrès de l’enfant, et non pas ceux de ses parents.
  • Donner la réponse: L’idéal est de diriger l’enfant vers les ressources à sa disposition tout en l’aidant à se souvenir des consignes et des explications de son enseignant.
  • Devancer ses besoins: Il est préférable de ne pas répondre immédiatement à toutes les demandes de l’enfant. Cela l’aidera à développer sa capacité à attendre et à rechercher par lui‑même des solutions.
  • Viser la perfection: Avoir des exigences élevées est bien, mais encore faut-il être réaliste et se souvenir que l’erreur est une des principales façons d’apprendre. Avoir des attentes allant au-delà des capacités de l’enfant peut en outre contribuer à favoriser l’apparition de l’anxiété de performance.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!