Selon un sondage réalisé par la Coalition pour la promotion des professions en assurance de dommages, plus de 5 300 postes en lien avec l’assurance de dommages seront à pourvoir au Québec d’ici la fin de 2012.

Malgré cet important besoin de main-d’oeuvre, ne s’improvise pas agent ou courtier d’assurance qui veut. Au Québec, en effet, toute personne qui souhaite exercer l’une de ces professions doit détenir un certificat délivré par l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Pour se présenter aux examens qui mènent au titre d’agent ou de courtier certifié en assurance de dommages, il faut d’abord répondre aux exigences de formation minimale établies par l’AMF. Parmi les programmes reconnus, il y a le diplôme d’études collégiales (DEC) en conseil en assurance et services financiers ou l’attestation d’études collégiales (AEC) en assurance de dommages.

Les candidats qui n’ont pas suivi une telle formation peuvent eux aussi se présenter aux examens de l’AMF, à condition de détenir un diplôme d’études secondaires jumelé à une expérience de travail de trois ans à temps plein, ou un DEC (peut importe la discipline), ou deux certificats universitaires, ou n’importe quel autre diplôme universitaire.

Lorsqu’ils ont réussi les examens de l’AMF, les candidats doivent se soumettre à une période probatoire de six semaines pour le secteur de l’assurance de dommages des particuliers ou celui de l’assurance de dommages des entreprises. Pour ceux qui désirent obtenir un certificat dans les deux catégories, la période de probation est de douze semaines. Ce n’est qu’une fois cette étape complétée avec succès qu’une demande de certification peut être envoyée à l’AMF.

Les courtiers certifiés peuvent aussi faire une demande auprès de la Chambre d’assurance de dommages afin d’obtenir le titre de courtier d’assurance associé ou celui de courtier d’assurance agréé. Le premier exige une expérience de 12 mois consécutifs en tant que courtier d’assurance de dommages et la réussite de certains cours de niveau collégial. Le second titre requiert une expérience de travail durant 24 mois consécutifs, de même que la réussite de certains cours de niveau universitaire.

Des cours de perfectionnement sont également offerts par de nombreuses institutions, comme l’Institut d’assurance de dommages du Québec.

Rémunération : Combien gagne un agent ou un courtier d’assurance?
Le domaine des assurances souffre d’une importante pénurie de travailleurs. Afin d’attirer la relève, l’industrie offre une rémunération intéressante et des possibilités d’avancement alléchantes.

  • 35 000 $. Salaire annuel de base d’un agent ou d’un courtier d’assurance débutant en 2009. Habituellement, les agents et les courtiers reçoivent également des commissions sur les primes payées par leurs clients. Le revenu total peut donc grandement varier d’un travailleur à l’autre, ainsi que d’une année à l’autre. La rémunération peut aussi varier selon la qualification de l’agent ou du courtier d’assurance.
  • 20,70 $. Selon l’Enquête sur la population active (EPA) de 2009, c’est le salaire horaire médian. Toujours selon l’EPA, le salaire horaire moyen des agents et des courtiers d’assurance était de 22,10 $.

Liens utiles

  • Autorité des marchés financiers
  • Chambre de l’assurance de dommages
  • Institut d’assurance de dommages du Québec

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!