Selon les données du ministère de l’Éducation, le DEC en technologie de maintenance industrielle figure dans le top 30 des formations présentant les meilleures perspectives d’avenir. Stéphane Boivin, responsable du programme au Cégep du Vieux Montréal, confirme : «Le taux de placement de nos étudiants est de 200 %.»

Pour accéder à cette formation, les futurs étudiants doivent avoir fait leurs mathématiques et leurs sciences fortes. Les candidats doivent être curieux de nature, avoir une grande vision, être autonomes en plus d’être capables de travailler en équipe.

«Être technicien en maintenance industrielle, ce n’est pas seulement de s’assurer du bon fonctionnement de l’équipement, c’est aussi de développer de nouveaux produits», mentionne M. Boivin, qui précise qu’il faut toujours être à l’affût des dernières technologies pour performer dans le métier.

Outre un poste de technicien en maintenance, les finissants du DEC peuvent se trouver un poste de représentant technique, de formateur, de consultant ou de spécialiste en entretien préventif. M. Boivin ajoute que l’expérience leur permettra de gravir les échelons et ainsi devenir contremaître ou directeur d’usine. De plus, chaque année, une poignée de finissants poursuivent leurs études à l’université, notamment à l’ÉTS, afin d’accéder à des postes d’ingénieurs.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!