Cette année encore, Montréal se classe dans le palmarès des meilleures villes étudiantes du monde. Voici sept raisons qui expliquent pourquoi.

Montréal et son quotidien
Le fait d’être étudiant à Montréal ouvre beaucoup de portes à prix réduit, des transports aux musées, en passant par l’épicerie et les restaurants. Une situation avantageuse que Lucie Pouffet, étudiante d’origine française, décrit en trois mots: «agréable, privilégiée et mouvementée». Mais si, pour certaines choses, les coûts sont peu élevés, pour d’autres, comme la vie nocturne, ce n’est pas forcément le cas.

Montréal et ses campus
La métropole ne compte pas une, mais bien deux universités (McGill, sur la photo, et l’Université de Montréal) classées parmi les cinq meilleures du Canada et occupant respectivement le 32e et le 130e rang mondial. Un statut que les établissements doivent à leur aspect, mais surtout à leurs services. «Le campus de l’Université de Montréal est vraiment beau, l’accueil et la prise en charge des nouveaux étudiants sont d’une grande qualité», explique Lucie Pouffet.

Montréal et ses grands espaces
Les facteurs charmants de la ville, et cela n’étonnera personne, sont les grands espaces, la taille humaine de la ville et sa verdure. «J’étais très motivée à l’idée de découvrir une grande ville qui regorge de paysages magnifiques. Le cadre est simplement idyllique pour étudier dans de bonnes conditions», confie l’étudiante, Montréalaise d’adoption.

Montréal et ses restaurants
En raison de cette vague estudiantine, on a pu voir apparaître des établissements au rapport qualité-prix intéressant, comme le Cinko, l’Entrepot ou encore le Pot Masson (photo), qui proposent des plats au prix unique de 5$ ou 6$. Une offre qui permet aux étudiants de sortir de chez eux sans pour autant se ruiner.

Montréal et sa diversité
Cette distinction facette sans aucun doute encore plus envie aux étudiants internationaux de venir vivre «l’expérience universitaire», comme la nomme Hubert Bolduc, président-directeur général de Montréal International.

Tout commence par la semaine d’intégration, un programme qui permet de découvrir son campus, les services de sa fac, et de rencontrer plusieurs personnes.

«J’ai pu commencer les cours en ayant rencontré des amis», témoigne Lucie Pouffet, ajoutant que «lors d’une journée d’activité, les étudiants venaient d’au moins 100 pays différents».

Montréal et son marché du travail
Le but ultime de toute l’opération de séduction pour attirer les étudiants étrangers? Faire évoluer le marché du travail montréalais. «Les étudiants internationaux constituent un bassin de main-d’œuvre stratégique pour soutenir l’essor de l’économie du savoir dans la métropole, admet Hubert Bolduc. Nous voulons les encourager à choisir Montréal pour poursuivre leurs études universitaires et y faire carrière.»

Montréal et sa sécurité
De jour comme de nuit, les rues sont sûres dans la métropole. «Contrairement à ce que je peux ressentir en France, je n’ai pas de sentiment d’insécurité dans les quartiers de Montréal», explique Lucie Pouffet. Un essentiel pour des jeunes qui viennent de quitter leur cocon familial et leur terre natale.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!