Métro Les formations et les conférences offrent des occasions de réseautage dans un cadre plus propice aux échanges structurés.

Avoir un bon réseau de contacts est la clé du succès dans sa carrière, on le sait déjà. En revanche, quand on est timide, il n’est pas toujours facile de fréquenter les 5 à 7, les colloques et autres activités de réseautage. Quand on s’y rend, on peut trouver ça pénible…

Voici quelques trucs pour les timides.

Profiter du réseautage 2.0
La sécurité de l’écran permet aux timides de briser la glace plus confortablement. Lorsque pertinentes et habiles, les approches de réseautage sont bien reçues des utilisateurs de LinkedIn et de Twitter, qui se connectent sur ces réseaux en partie pour s’adonner à ce genre d’échanges. Ces discussions 2.0 minimisent l’angoisse des «silences», propre aux rencontres en personne.

Arriver préparé
Rien de pire que de se présenter à une soirée de réseautage sans trop savoir pourquoi on s’y trouve. Le syndrome du chien dans le jeu de quilles, ça se sent! Souhaite-t-on rencontrer une personne en particulier? Après combien d’échanges qualifiera-t-on la soirée de réussite? On note ses objectifs et on passe à l’attaque!

Choisir ses événements
La pression inhérente aux activités de réseautage pures est intimidante, effrayante pour les plus timides. Heureusement, d’autres formules, comme les formations et les conférences, offrent des occasions de réseautage dans un cadre plus propice aux échanges structurés. Il devient plus aisé de se présenter à un inconnu si, par exemple, on peut l’aborder en lui demandant ce qu’il a pensé du sujet de la conférence. Au pire, on repart avec des connaissances et sans l’impression d’avoir perdu une soirée.

Être au bon endroit au bon moment
D’abord, on repousse la peur d’arriver le premier et on arrive tôt. Il est vrai qu’entrer dans une salle quasiment vide accélère le pouls quelques instants, mais jamais autant qu’entrer dans une salle pleine où les interactions sociales semblent déjà tissées. Les rares âmes arrivées tôt ne demandent pas mieux que de se faire aborder. Même si ces rencontres ne sont pas toujours pertinentes, cette pratique fera en sorte que les futurs échanges se dérouleront plus aisément.

Au cours de la soirée, il faut résister à la tentation de s’asseoir dans son coin afin de ne pas «s’imposer à une table ou dans un groupe». C’est le meilleur moyen d’y rester, seul. Les endroits où les gens circulent, comme le buffet, sont stratégiques. Le prétexte pour briser la glace s’y trouve habituellement et, si l’échange est empreint de malaise, il est facile de s’en sortir.

Être un bon public
Ça va de soi : il faut être attentif à son interlocuteur, à ses paroles, mais aussi à son langage non verbal. La timidité, qui va souvent de pair avec le manque de confiance, fait en sorte que parler de soi prend l’allure d’un calvaire. Le meilleur moyen d’être intéressant, c’est encore de parler de quelque chose qu’on trouve intéressant! Si notre propre personne ne respecte malheureusement pas à nos yeux ce critère, on opte pour jaser de nos passions. Rien à dire? Plan B : poser des questions. L’autre se sent alors intéressant : qu’il soit timide ou non, la conversation va couler plus naturellement.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!