Halte 24/7 Les banquettes journalières, clin d’œil aux fameux dîners

Anciennement dans l’industrie pharmaceutique, Olivier Berthiaume et Philippe Tremblay ont tout quitté pour se lancer en affaires. Ne trouvant pas d’espace de travail à la hauteur de leurs attentes, ils démarrent un nouveau projet: la Halte 24/7.

D’où vient le nom de cette entreprise de bureaux partagés? «C’est parce que, symboliquement, les entrepreneurs s’investissent nuit et jour dans leur projet», explique Olivier Berthiaume. C’est aussi parce que les membres de la halte ont accès à leurs bureaux à toute heure.

Inauguré en mars dernier sur le Plateau Mont-Royal après cinq mois de grandes rénovations, l’espace se compose notamment de 20 bureaux fermés et de 35 à aire ouverte. En plus des bureaux, les membres disposent d’une salle de détente, d’une terrasse sur le toit, de salles de conférence, d’une salle à manger, etc. Les jeunes fondateurs se targuent d’ailleurs d’avoir accordé beaucoup d’importance au design moderne de l’endroit. «On se croirait à New York ou à San Francisco!», souligne Philippe Tremblay.

Leur but premier: réunir sous un même toit une variété de professionnels, d’entrepreneurs et de travailleurs autonomes cherchant un endroit où travailler l’esprit tranquille. «On s’est rapidement rendu compte que, pour être un bon entrepreneur, il faut être bien entouré.» Cette diversité permet un échange de savoirs, de contacts et d’occasions d’affaires. Les cofondateurs comptent d’ailleurs offrir bientôt un volet d’éducation continue à leurs membres.

Selon Olivier Berthiaume et Philippe Tremblay, les travailleurs autonomes recherchent l’aspect clés en main de la Halte 24/7, avec ses meubles, l’accès à l’internet, la photocopieuse, etc. «C’est un endroit qui fait aussi très bonne impression quand vient le temps de rencontrer des clients», ajoute Olivier Berthiaume.

Outre la location des bureaux, dont la moitié ont déjà trouvé preneur, la Halte 24/7 offre l’option des espaces journaliers. Pour inviter les gens à venir travailler chez eux, les propriétaires proposent une tarification pour le moins originale: «La journée fait le prix.» Ainsi, pour louer un espace le 3 juin, par exemple, cela coûtera 3$. «En fait, on veut faire en sorte que venir travailler chez nous coûte moins cher qu’aller dans un café!» explique Philippe Tremblay.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!