Si le recruteur évalue le candidat, le candidat, lui, se doit d’évaluer
le poste. C’est pourquoi il est tout aussi important de préparer des
questions que des réponses.

Peut-être le candidat obtiendra-t-il des réponses au fil de l’entrevue, mais si tel n’est pas le cas, il pourra, pendant la période de questions habituellement allouée à la fin de l’entrevue, clarifier les points qui lui semblent nébuleux et obtenir l’information qui l’aidera à évaluer si ce poste lui convient et correspond à ses attentes. Pour approfondir sa réflexion, il cherchera à en savoir davantage sur l’entreprise, ses priorités, ses projets, sa notoriété, le rôle qu’il sera appelé à remplir et son impact sur l’organisation.

Question salaire, les avis sont partagés. C’est un sujet délicat que certains employeurs ne veulent pas aborder en première entrevue, dit l’un. À la limite, une question sur le salaire, si elle est bien amenée, peut être bien reçue, affirme l’autre. Comme dit l’adage, «dans le doute, on s’abstient».

Il est plus difficile, et surtout plus délicat, de valider les valeurs de l’entreprise.

Mme Caroline Monge, coordonnatrice régionale du Service de l’enseignement coopératif à l’École de technologie supérieure (ÉTS), suggère de formuler les questions à partir des valeurs mentionnées sur le site internet de l’entreprise. Par exemple, le candidat peut dire : «J’ai pu constater sur votre site que la reconnaissance envers les employés est une valeur importante, comment cela se manifeste-t-il chez vous?»

«Les questions sur l’organisation du travail, les responsabilités que l’on se verra confier, la supervision à laquelle on doit s’attendre permettent de préciser un peu cet aspect», explique Lyne Gosselin, conseillère d’orientation au Centre de formation professionnelle Pierre-Dupuy.

Nos conseillers suggèrent aussi d’être attentif le jour de l’entrevue : l’accueil à la réception, comment les employés échangent entre eux, l’atmosphère qui se dégage ou la façon dont l’entretien se déroule peuvent en dire long sur le climat de travail dans cette entreprise.

Enfin, M. Pierre Francq, directeur du Service de gestion de carrière à HEC Montréal, conseille de ne pas se fier à l’opinion des autres : une entreprise peut très bien convenir au candidat, mais ne pas convenir à son meilleur ami.

Tiré de L’unique répertoire des entreprises qui recrutent, édition 2010-2011, Septembre éditeur.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!