Métro Selon Benoît Verreault-Gatineau, le domaine est large et riche en perspectives d’emploi.

Vous désirez changer le paysage d’une ville et travailler sur des projets concrets? La formation en génie civil est peut-être pour vous. Avec un taux de placement de 100%, depuis cinq ans, le nombre d’offres d’emploi pour les technologies en génie civil est supérieur au nombre de diplômés.

Ce programme d’études techniques enseigne notamment aux candidats à gérer des chantiers, à analyser et concevoir des infrastructures de canalisations, à implanter des projets de construction pour les travaux publics et les bâtiments. Il permet d’apprendre également les techniques d’entretien des routes et des voies de circulation. De plus, les étudiants apprennent à contrôler la qualité des matériaux de construction et à inspecter les ouvrages de travaux publics et de bâtiments. Une fois leur diplôme en poche, ils pourront travailler pour des municipalités, des firmes d’ingénieurs-conseils, des entreprises de construction ou encore des services de travaux publics ou privés.

Les candidats recherchés doivent être de bons communicateurs, être responsables, et intègres. «Les décisions des techniciens en génie civil ont un impact important sur la société, tant au niveau financier que structurel, ces qualités sont donc primordiales», souligne Marcel Lambert, coordonnateur du programme au Cégep André-Laurendeau.

En plus de travailler avec de l’équipement et des instruments à la fine pointe de la technologie, les étudiants du Cégep André-Laurendeau bénéficient d’expériences pertinentes sur le terrain. En effet, lors de leur parcours scolaire, ils sont invités sur plusieurs chantiers de construction et à des conférences spécialisées en génie civil. Ils suivent également deux stages rémunérés et peuvent aussi participer à un camp d’arpentage. «Nos élèves aiment apprendre, plus les mois passent, plus on voit l’étincelle dans leurs yeux, c’est un champ d’études très stimulant!» souligne Marcel Lambert.

Les perspectives d’emploi sont très encourageantes. «Avec des projets de construction d’envergure tels que le pont Champlain, l’échangeur Turcot, le Plan Nord ou encore la réfection des viaducs et des routes, les candidats ne risquent pas de manquer de travail!» conclut
M. Lambert.

Faits saillants

  • Le salaire moyen est de 24$ de l’heure.
  • Le programme permet d’accéder à l’ÉTS en génie de la construction ou à l’Université de Sherbrooke au baccalauréat en génie civil, sans préalable.
  • Les étudiants ont la possibilité d’obtenir la Certification de technicien d’essai du béton au chantier niveau 1 décernée par l’American Concrete Institute dès la première année de formation.
  • Une hausse d’offres d’emplois est prévue dans les années à venir notamment en inspection, surveillance de travaux et en gestion de projet.

Entrevue. Carrière en construction

Génie civil Benoît VerreaultCV

  • Nom : Benoît Verreault-Gatineau
  • Âge : 24 ans
  • Formation : Technique en génie civil, Cégep André-Laurendeau
  • Poste : technologue en génie civil

Pourquoi avez-vous choisi cette profession?
Le milieu de la construction m’a toujours intéressé. J’aime savoir comment les choses fonctionnent et comment elles sont réalisées. Les domaines de la construction sont nombreux, que ce soit la réalisation de routes, de ponts, de bâtiments ou encore, au niveau municipal, de parcs, d’égouts, d’aqueducs, etc. J’étais curieux d’en apprendre davantage sur ces derniers. De plus, je voulais occuper un emploi dynamique! Le domaine du génie civil offre des perspectives intéressantes quant à la répartition du temps passé au bureau et sur les chantiers.

Quelles sont les tâches principales dans le métier?
Elles peuvent différer beaucoup en fonction de l’emploi occupé (firme de génie-conseil, laboratoire de contrôle-qualité, entrepreneur ou domaine municipal). Parmi les principales tâches du technologue dans le domaine municipal, on retrouve notamment l’élaboration de devis, la conception et la réalisation de plans, la préparation de documents d’appels d’offres et l’analyse des soumissions, l’estimation du coût des travaux et le suivi de ces derniers sur les chantiers.

Quelles sont les qualités requises pour exercer cette profession?
En raison du nombre important de documents et d’information relative à chacun des projets, il est essentiel d’être bien structuré. Les dossiers doivent être bien rédigés, compréhensibles et bien classés afin que l’on puisse les consulter facilement ultérieurement. Il faut également être autonome, débrouillard, logique et avoir confiance en soi. En effet, lorsque l’on travaille sur les chantiers, il arrive souvent que l’on soit amené à prendre des décisions importantes qui ont des conséquences sur l’ensemble des travaux. De plus, il faut être un leader et ne pas se laisser marcher sur les pieds. Ce n’est pas toujours délicat dans le milieu de la construction! Finalement, puisqu’on est souvent amené à travailler en équipe avec différents intervenants, il est essentiel d’être un bon communicateur.

Quels sont les aspects du métier que vous préférez? Et les plus difficiles?
Je dirais que l’aspect que je préfère du métier est d’assister à la construction d’un projet de A à Z: de l’élaboration des plans à la construction finale. Nous assistons à chacune des étapes et nous constatons l’avancement des travaux quotidiennement. Suite à cela, nous pouvons voir comment le projet est utilisé et s’il est apprécié des utilisateurs. Par exemple, j’ai eu la chance de réaliser une patinoire ainsi que des terrains de volleyball. Lorsque j’y suis allé avec des amis et que j’ai constaté que ceux-ci appréciaient les structures, j’étais très fier de mon travail!

Ce que je trouve le plus difficile, c’est la pression et le stress qui accompagnent ma profession. Nous avons beaucoup de responsabilités sur les projets et ceux-ci sont souvent associés à de gros montants d’argent.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui veut occuper votre profession?
Avoir quitté le domaine de l’administration pour celui du génie de la construction est la meilleure décision que j’ai prise de ma vie! Je ne savais pas trop à quoi m’attendre lors de mon entrée à la technique en génie civil, mais j’ai vite réalisé à quel point le domaine était large et riche en perspectives d’emploi. Il ne faut donc pas hésiter à tenter sa chance! Si tu es débrouillard, leader, rempli d’énergie et que tu aimes les projets et les défis concrets ainsi que le travail d’équipe, cet emploi est fait pour toi!

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!