Métro On doit faire des demandes concrètes, comme la possibilité de télétravailler ou d’avoir un horaire plus flexible.

Il n’y a pas que l’augmentation de salaire qu’on peut obtenir de notre supérieur lorsque nos performances sont appréciées. Voici cinq suggestions.

Augmenter sa qualité de vie
La qualité de vie est un élément important de la satisfaction au travail, et certains employeurs prennent des mesures pour augmenter la nôtre. Ainsi, quelques-uns d’entre eux abonnent leurs employés à un service d’autopartage comme Communauto. Si on souhaite jouir d’un tel service, on peut faire valoir que cela diminuerait notre facture d’essence pour aller au travail tout en protégeant l’environnement. De plus, tous les employés pourraient profiter de ce genre de bénéfices.

Une cause nous tient à cœur? On peut demander à notre employeur d’être libéré quelques heures par semaine pour faire du bénévolat. Résultat: on sera plus heureux, ce qui améliorera notre productivité au travail.

Si on propose de faire du bénévolat dans notre domaine d’emploi (par exemple, si on est programmeur et qu’on travaille sur le site web d’un organisme sans but lucratif), on augmentera aussi notre réseau de contacts, notre visibilité et celle de l’entreprise. C’est ce qu’on appelle le «bénévolat de compétence»: l’employeur ne donne pas d’argent à une cause, mais il «prête» son employé.

Changer l’horaire
On doit faire des demandes concrètes, comme la possibilité de télétravailler ou d’avoir un horaire plus flexible qui s’arrimera mieux avec l’horaire de notre famille, par exemple. On peut aussi demander des congés supplémentaires.

Rehausser sa valeur
Tout le monde voudrait se faire payer un MBA… Mais outre la maîtrise en administration des affaires, il y a de nombreuses autres formations gratuites ou peu coûteuses qui sont offertes. Par exemple, on peut demander à notre employeur de nous envoyer au colloque annuel de notre association ou de défrayer notre carte de membre, en lui disant qu’on représentera l’entreprise durant les activités de l’association.

Il est aussi possible de solliciter de la formation périphérique. La culture générale, c’est important!

Dans une perspective d’avancement dans la hiérarchie de la compagnie, on peut obtenir l’aide d’un mentor dans l’entreprise, grâce auquel on acquerra des «habiletés politiques». Travailler quelque temps dans un autre département peut aussi nous offrir une vue d’ensemble de l’entreprise, ce qui est très à propos si on entrevoit un avancement.

Se protéger en cas de mise à pied
Quoique ce ne soit pas la première chose à laquelle on a envie de penser, on peut négocier avec son employeur une meilleure indemnité de départ et un service d’accompagnement pour trouver un nouvel emploi.

Miser sur un bonus
Le patron refuse de nous augmenter? Un bonus à la fin de l’année peut alors être une option intéressante.

En fait, préparer minutieusement toutes ses demandes demeure la clé du succès. On doit prouver qu’on mérite de se les voir accorder et expliquer les retombées favorables que chacune de ces mesures aura pour l’entreprise.

Si aucune de ces suggestions ne porte ses fruits, on peut quand même se féliciter d’avoir mis en valeur notre sens entrepreneurial et notre créativité, une attitude qui ne peut qu’avoir un impact bénéfique à plus long terme!

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!