Métro

MONTRÉAL – Une grande partie des jeunes de 15 ans ayant occupé un emploi pendant l’année scolaire en 2013 ont été exposés à au moins une contrainte physique, et plus de 20 pour cent d’entre eux ont été blessés ou ont failli l’être, révèle l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec.

Un fascicule et un rapport s’appuyant sur cette étude ont été rendus publics, mercredi, par l’Institut de la statistique du Québec et l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail.

On apprend dans ces publications que 41 pour cent des jeunes de 15 ans visés par l’étude ont travaillé durant l’année scolaire, et que 43 pour cent d’entre eux le faisaient pour un employeur ou pour l’entreprise de leur famille, les autres s’adonnant à de petits travaux rémunérés. Huit de ces jeunes sur dix ont dit occuper un emploi pour accroître leur autonomie financière.

Au total, 68 pour cent des jeunes ayant travaillé pour un employeur ou pour l’entreprise familiale dans le mois précédant l’enquête ont été exposés à une contrainte physique, par exemple effectuer des gestes répétitifs avec les mains ou les bras, travailler le dos penché ou en torsion ou manier sans aide des charges lourdes. Près de 21 pour cent de ceux qui occupaient alors un emploi ont été blessés ou failli l’être.

Les données recueillies et les analyses comparatives ne démontrent pas de différences entre les élèves qui travaillent et ceux qui n’occupent pas d’emploi quant à leur investissement scolaire et à leur perception de leur état de santé.

L’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec, réalisée par l’Institut de la statistique, est menée auprès d’un échantillon représentatif des enfants nés au Québec en 1997-1998. L’objectif de l’étude est de comprendre les trajectoires qui, pendant la petite enfance, conduisent au succès ou à l’échec lors du passage au système scolaire.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!