Getty Images/iStockphoto

Alors que le 1er juillet approche à grands pas, plusieurs familles s’apprêtent à déménager. Voici quelques pistes de réflexion qui vous aideront à bien accompagner votre enfant dans ce changement.

1- Prévenir l’enfant
«Un déménagement est un moment charnière. L’âge, le tempérament, les expériences, les forces et les vulnérabilités de l’enfant détermineront sa capacité à s’y adapter», affirme Liane Comeau. Pour aider l’enfant à composer avec l’anxiété que peut susciter un tel changement, il est important de l’informer à l’avance du déménagement et de lui expliquer les raisons qui le motivent. «On peut aussi lui permettre de visualiser ce moment en lui disant comment ça va se passer», ajoute la spécialiste.

2- Être à l’écoute
Un déménagement est parfois accompagné d’autres changements : une séparation, une nouvelle région, une nouvelle école, etc. Il est donc tout à fait normal que l’enfant vive des émotions à la fois positives, comme l’excitation, et négatives, comme la peur. «Par ailleurs, il est possible que l’enfant ne ressente pas les mêmes choses que ses parents. Le rôle des parents consiste donc à reconnaître les différentes réactions de leur enfant et à les légitimer. Cela lui permettra de se sentir compris et respecté», indique Liane Comeau.

3- Garder certains points de repère
Lorsque survient un changement aussi important qu’un déménagement, on a tendance à se concentrer sur tout ce qui est nouveau. «Ce faisant, on oublie qu’il y a aussi plein de choses qui ne changent pas. Pour faciliter la transition, on peut rappeler à l’enfant tout ce qui sera pareil, par exemple le mobilier, ce qu’il va manger et sa routine quotidienne», énumère Mme Comeau. Afin d’éviter de chambouler cette routine, justement, il est également préférable d’attendre quelques semaines, voire quelques mois, avant d’amorcer un sevrage ou de commencer l’apprentissage de la propreté.

4- Visiter le nouveau logement et ses environs
Pour aider l’enfant à se familiariser avec son futur environnement, on peut l’emmener marcher dans son nouveau quartier afin de découvrir avec lui des choses intéressantes, par exemple un parc, une bibliothèque, une crémerie, etc. On peut aussi en profiter pour visiter la nouvelle école et se présenter aux nouveaux voisins. «Si une visite sur place n’est pas possible, les parents peuvent regarder des photos ou une carte avec leur enfant. L’idée, c’est de le rassurer en lui permettant d’apprivoiser tranquillement le prochain logis», explique Mme Comeau.

5- Impliquer l’enfant dans le projet
L’enfant peut éprouver une certaine frustration à l’égard du déménagement, car il s’agit d’une décision qui n’est pas la sienne. «Pour qu’il ait le sentiment que son opinion est prise en compte, il faut l’encourager à participer aux préparatifs. Par exemple, il peut prendre part au choix du nouveau logis, faire et défaire des boîtes ou décider de la couleur des murs de sa future chambre», détaille la consultante.

Aussi dans Maison :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!