«Juste assez nature, parfaitement urbain.» Tel est le slogan du projet immobilier qui redonnera vie au terrain de l’ancien terminus de la STL, dans Ahuntsic-Cartierville, vacant depuis quelques années.

«Notre slogan reflète bien ce qu’est notre projet et ce qu’est aussi Ahuntsic », affirme d’emblée Martin Galarneau, associé chez TGTA, promoteur avec Locaron de Henri B. Ayant lui-même grandit dans le quartier, M. Galarneau se réjouit de pouvoir y développer un projet aujourd’hui.

«Le site du projet est extraordinaire», s’enthousiasme-t-il. Situé à deux pas du métro Henri-Bourassa et à proximité de plusieurs commerces, restaurants et services, les occupants des 200 unités pourront jouir de toutes les commodités urbaines à proximité, fait valoir le promoteur, mais dans un cadre bien vert. Alors que le parc Jean Sauvé fait face au futur projet, «en moins de 5 minutes de marche, on peut se promener en bordure de la rivière (des Prairies) ou encore dans le Parc Ahuntsic», souligne-t-il. Plusieurs pistes cyclables passent aussi tout près, dont la route verte qui longe la rivière des Prairies.

«Notre projet, qui mise sur un important verdissement, redonnera vie au site», fait valoir M. Galarneau, alors que le terrain, dans son état actuel, est un important ilôt de chaleur. Une cour intérieure et un parc donnant sur rue seront entre autres aménagés, et plus de 90 arbres y seront plantés. Un couvert végétal habillera donc 21% de l’espace.

Intégré au quartier
De style architectural contemporain, la construction sera principalement de 5 étages et présentera une façade modulaire. Quatre maisons de ville de 3 étages seront aussi construites.

«On a voulu tirer profit de toutes les caractéristiques de l’environnement et faire un projet agréable pour ceux qui y vivent, mais aussi pour ceux qui vivent aux alentours, en intégrant bien le bâtiment au quartier», explique Roch Cayouette, architecte de la firme Provencher_Roy qui a dessiné le projet.

C’est donc dans cet ordre d’idée qu’un des espaces verts sera aménagée côté rue, liant le bâtiment aux parcs des alentours, et que les unités du rez-de-chaussée du bâtiment seront toutes accessibles à partir de la rue. «Les gens pourront y aménager un peu leur espace de la même façon que dans les rues du quartier autour, explique l’architecte. Ça assurera une espèce d’animation constante, une urbanité, avec des gens qui entrent et qui sortent.»

«Et avec une généreuse fenestration, on laisse l’extérieur entrer à l’intérieur des condos», continue Roch Cayouette. Toutes les unités auront aussi un balcon ou une terrasse privée ainsi que des plafonds de béton et gypse de 9 à 11 pieds.

Tous les espaces de vie ont par ailleurs été pensés de façon à être décloisonnés. «On a voulu éviter l’enfilade cuisine, salle à manger et salon dans un tunnel, comme on le retrouve souvent dans les condos, pour donner une impression de grande dimension et des perspectives différentes», explique M. Cayouette.

Mixité sociale recherchée
«Beaucoup de gens veulent rester dans Ahuntsic ou y revenir», ajoute pour sa part le promoteur Martin Galarneau. Henri B a donc été pensé pour satisfaire autant les baby-boomers qui cherchent à réduire la taille de leur maison, les familles – qui sont très nombreuses dans le quartier – ainsi que les jeunes professionnels qui veulent habiter à proximité du centre-ville sans nécessairement y vivre. L’offre diversifiée de types d’habitations – studios, condos, penthouses, maisons de ville – veut répondre aux besoins de tous ces types de clientèles.

Selon la mairesse de l’arrondissement, Henri B répond vraiment à un besoin. «Ce projet est l’une des dernières pièces du casse-tête qui se met en place», s’est réjouit Émilie Thuillier lors de l’annonce officielle du projet la semaine dernière. «Il y a 10 ans, c’était un trou qui se remplissait d’eau à chaque pluie, un parc déstructuré et une rue Gouin peu attrayante qu’on trouvait ici, rappelle-t-elle. Henri B viendra combler le dernier espace d’un quadrilatère maintenant bien développé et animé», dit-elle.

Et le logement social?
Le terrain du futur projet Henri B avait suscité l’intérêt de groupes demandant la construction de logements sociaux dans l’arrondissement. Qu’en est-il?

«Il aurait fallu que le gouvernement du Québec, qui était propriétaire du terrain, décide de le vendre autrement pour que cela soit possible, explique la mairesse de l’arrondissement Émilie Thuillier. Du moment qu’il a décidé de le vendre à un promoteur, c’était presque exclut qu’on puisse construire des logements sociaux. Cela dit, on vient de changer notre politique d’inclusion pour essayer d’inclure des logements sociaux sur ce type de terrain. On a besoin de projet pour une multitude de bourses. Mais on a besoin aussi de ce type de projet dans l’arrondissement pour garder une mixité sociale. J’ai été claire avec les groupes qui revendiquent des logements sociaux : ce n’est pas parce qu’on n’en construit pas ici qu’on n’en construira pas. Et je pense que Henri B est le meilleur projet qui pouvait être réalisé à cet endroit.»

La construction débutera le 21 novembre 2018 et la livraison est prévue pour la fin 2019. Une unité modèle peut être visitée sur le site du projet, au 580 boulevard Gouin Est.

http://www.henribcondos.com

Où c’est situé?
Dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville
À proximité du métro Henri-Bourassa, de bus, Bixi et stations commun Auto
À proximité de parcs et pistes cyclables
Près de la rivière des Prairies

Aussi dans Maison :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!