Getty Images/iStockphoto

L’achat d’une première propriété est stressant, surtout quand vient le temps de magasiner son prêt hypothécaire. Voici des trucs qui aideront les futurs propriétaires à choisir la formule qui leur convient.

La mise de fonds
À l’achat d’une propriété, un montant d’au moins 5 % doit être versé. Quand la mise de fonds est inférieure à 20 %, une assurance prêt hypothécaire s’ajoute à la somme empruntée.

Bien sûr, l’idée d’économiser sur la prime d’assurance et les intérêts qui y sont rattachés est alléchante, mais se garder des liquidités est tout aussi important, car il faudra payer d’autres frais relatifs à l’achat d’une propriété : taxe de bienvenue, frais de notaire, déménagement… Devenir propriétaire entraîne de nombeuses dépenses.

La période d’amortissement
Même si on a la capacité de rembourser son hypothèque rapidement, Philippe Béland, courtier hypothécaire chez Planipret, recommande d’opter pour une période d’amortissement plus longue pour parer aux imprévus financiers.

«Les banques autorisent les paiements accélérés. Les conditions varient d’une institution financière à l’autre, mais ça peut parfois aller jusqu’à 25 % du capital initial chaque année.»

L’hypothèque
«C’est un mythe de penser que la flexibilité coûte plus cher, explique Philippe Béland. Au contraire!» En effet, un contrat hypothécaire qui ne nous correspond pas entraînera des pénalités plutôt salées, en cas de résiliation par exemple.

«Avec un terme plus long, on mitige le risque de hausse de taux à court terme, explique Philippe Béland. Par contre, il faut faire le pari que l’année de renouvellement sera une bonne année pour renouveler.»

Quant aux acheteurs qui envisagent d’acquérir une nouvelle propriété d’ici quelques années, ils pourraient opter pour une hypothèque à court terme, ou se diriger vers une institution qui offre une option de portabilité. «En transportant mon hypothèque, je conserve mon taux sur la somme transférée, sans pénalités», précise Philippe Béland.
Il recommande également de jeter un œil du côté des banques virtuelles, qui seraient, selon lui, habituellement plus flexibles que les traditionnelles.

Taux fixe ou variable?
L’écart fixe-variable étant à un creux historique, les futurs premiers propriétaires auraient avantage à considérer le taux fixe.  Mais pour obtenir les meilleures conditions, en termes de taux d’intérêt et de pénalités, il faut surtout se prêter au jeu de la négociation. «Ça peut aussi dépendre du nombre de produits qu’on a avec la banque, conclut le courtier hypothécaire. Pour elles, ce sont les placements qui sont importants.»

Aussi dans Maison :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!