Archives Métro

MONTRÉAL — Les femmes enceintes qui se couchent sur le dos pendant leur troisième trimestre de grossesse augmentent possiblement leur risque de mortinaissance, prévient une nouvelle étude.

Des chercheurs de l’Université d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, ont découvert que le foetus s’adapte à cette position en abaissant son rythme cardiaque, en réduisant sa consommation d’oxygène et en devenant moins actif, ce qui augmenterait le risque de mortinaissance.

Des études précédentes avaient déjà laissé entendre que la position adoptée par la mère avait un impact sur la santé du foetus, mais le tout demeurait nébuleux. La nouvelle étude indique qu’une position sur le dos augmente le stress pour le foetus et réduit possiblement la quantité d’oxygène dont il dispose.

Les scientifiques ont examiné 29 femmes enceintes et en santé, qui en étaient à leur troisième trimestre de grossesse, en leur demandant de changer de position toutes les 30 minutes. Les participantes ont été suivies jusqu’à leur accouchement, et toutes ont donné naissance à un bébé en santé.

L’auteur principal de l’étude, le professeur Peter Stone, a ajouté que le risque associé à la position sur le dos est probablement encore plus prononcé chez les femmes qui souffrent de problèmes sous-jacents.

Il a ensuite rappelé que son étude n’a porté que sur des femmes réveillées et couchées sur le dos pendant de courtes périodes. Une nouvelle enquête sera nécessaire pour étudier l’impact d’une nuit entière passée sur le dos, a-t-il dit.

Les conclusions de cette étude sont publiées par le Journal of Physiology.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus