MONTRÉAL — Les enfants exposés à la nicotine avant et après leur naissance seraient plus susceptibles que les autres de développer des troubles auditifs, selon une étude publiée dans le Journal of Physiology.

On savait déjà qu’une exposition à la nicotine nuit au développement du cerveau du foetus. Les mères qui fument, utilisent des cigarettes électroniques ou ont recours à une thérapie de remplacement de la nicotine sont plus susceptibles d’accoucher prématurément, d’avoir un bébé de faible poids ou de voir leur bébé décéder subitement.

La nouvelle étude indique pour la première fois que la nicotine peut aussi interférer avec le développement d’une portion du cerveau qui analyse les sons. Cette conclusion découle de la comparaison de souris nées de mères dont l’alimentation contenait de la nicotine à des souris nées de mère à l’alimentation normale.

Les enfants dont la réponse auditive ne s’est pas développée correctement pourront présenter des troubles du langage ou de l’apprentissage.

La chercheure Ursula Koch, de l’Université libre de Berlin, a expliqué que cette étude a permis de constater que les neurones qui reçoivent des signaux de l’oreille sont moins efficaces et moins précis chez les souris exposées à la nicotine, mais prévient qu’on ne comprend pas encore l’ampleur exacte de l’impact de la nicotine sur le système auditif.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!