Getty Images/iStockphoto L’apprentissage de la propreté est un long processus qui prend en général de trois à six mois.

Après avoir effectué des centaines de changements de couches, bien des parents attendent avec impatience le jour où leur enfant deviendra enfin propre. Anne-Claude Bernard-Bonnin offre quelques conseils pour bien vivre cette grande étape dans le développement des tout-petits.

1. Suivre le rythme de l’enfant
«Les enfants ne seront pas tous prêts à amorcer l’apprentissage de la propreté au même âge; certains le seront vers deux ans, d’autres, vers quatre ans», affirme la pédiatre. Le bambin doit notamment marcher seul sans problème et savoir monter et descendre des marches. Il doit également être en mesure de comprendre quelques consignes simples et de pouvoir exprimer le besoin d’aller sur le pot.

2. S’assurer que l’enfant n’est pas constipé
Un enfant constipé a des selles dures et il éprouve de la douleur au moment de leur élimination. Il peut donc développer une crainte ou une aversion pour le petit pot. «Par ailleurs, pour éviter d’avoir mal, un enfant constipé retient ses selles le plus longtemps possible, augmentant ainsi le risque d’accident», ajoute la Dre Bernard-Bonnin.

3. Un siège adapté
Bien que très pratique, le petit pot n’est pas indispensable. Il existe en effet des sièges adaptés qui s’installent au-dessus de la cuvette. «Il ne faut pas asseoir l’enfant directement sur la toilette, parce qu’il aura de la difficulté à se tenir en équilibre et risquera ainsi de développer la crainte d’y tomber. Par ailleurs, il doit avoir un bon appui pour ses pieds. Cela l’aidera à conserver son équilibre et facilitera l’élimination des selles», indique la pédiatre.

4. Instaurer une routine
La Dre Bernard-Bonnin suggère d’inciter l’enfant à s’asseoir sur le pot au moment où il a l’habitude de souiller ses couches. S’il n’a pas d’horaire régulier, on peut créer des rituels. Par exemple, au réveil et après les repas, on lui demande de rester sur le pot cinq minutes, pendant qu’on lui lit une histoire. «Le cas échéant, on le félicite et on le laisse tirer la chasse s’il le désire. La plupart des enfants adorent cette dernière partie!» dit-elle.

5. Patience!
«L’apprentissage de la propreté est un long processus qui prend en général de trois à six mois», révèle la pédiatre. Il faut aussi garder en tête qu’il est tout à fait normal que l’enfant s’échappe dans sa culotte. «Lorsque cela se produit, on ne doit surtout pas le gronder, car cela n’aura pour seul effet que de l’inciter à se retenir, le rendant plus vulnérable à la constipation. Le renforcement positif donne de bien meilleurs résultats.»

Aussi dans Vivre :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!