Kirsty Wigglesworth

MONTRÉAL — Souffrir d’embonpoint ou d’obésité à n’importe quel moment de la vie adulte augmente le risque de mourir d’une maladie cardiovasculaire, du cancer ou d’autres causes, selon une étude publiée par le journal scientifique Annals of Internal Medicine.

Des chercheurs des universités Harvard et de Boston se sont intéressés au lien entre l’indice de masse corporelle (IMC) maximum et la mortalité subséquente. Ils ont analysé l’IMC de 225 000 personnes ayant participé à trois études sur une période de 16 ans, puis aux décès qui sont survenus pendant une période moyenne de suivi de 12 ans.

Ils ont constaté que les sujets dont l’IMC les qualifiait comme souffrant d’embonpoint ou d’obésité augmentaient leur risque de décès de toute cause, y compris le risque de succomber à une maladie cardiovasculaire, au cancer ou à un problème respiratoire.

Le risque le plus élevé a été mesuré chez ceux dont le poids a plongé, ce qui pourrait témoigner d’une perte de poids involontaire occasionnée par la maladie.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!