De nombreuses personnes s’inquiètent de la présence de pesticides dans les fruits et légumes et se demandent comment s’en débarrasser avant de les consommer.

Même si certains fabricants de savons spéciaux vont jusqu’à affirmer que leur produit est «100 fois plus efficace que l’eau» pour déloger les traces de pesticides, la recherche a démontré que leur performance n’est pas supérieure à celle d’un lavage à l’eau.

De nombreuses compagnies mettent en marché des nettoyants pour fruits et légumes. Ils sont vendus dans les épiceries, les pharmacies, les magasins d’aliments naturels et en ligne à un prix allant de 5$ à 17$ pour environ 750 ml. La liste des ingrédients nous apprend qu’ils sont constitués majoritairement d’eau (car c’est le premier ingrédient sur la liste), ainsi que d’agents tensioactifs et nettoyants, d’acide citrique, et parfois d’huiles essentielles.

En consultant le site internet des fabricants, le Détecteur de rumeurs constate que l’argumentaire marketing consiste la plupart du temps à mentionner que le produit est «efficace» pour retirer de la surface des fruits et légumes les pesticides, les saletés et les cires.

Ce qu’en dit la science
Les produits nettoyants pour les fruits et légumes existent depuis une vingtaine d’années. Depuis leur mise en marché, il y a eu au moins six études qui ont comparé l’efficacité de ces produits à retirer les résidus de pesticides à la surface des fruits et légumes avec l’efficacité d’un lavage à l’eau. Ces études ne sont pas toutes accessibles au grand public, mais le site Nutritional Facts les a recensées. 

En résumé, les études démontrent que les produits du commerce ne font pas mieux que l’eau pour retirer la plupart des pesticides à la surface des aliments et que seul un très long trempage dans une eau additionnée de sel peut éliminer certains pesticides plus résistants.

Onil Samuel, conseiller scientifique en santé et environnement à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), estime que les produits nettoyants du commerce sont un gaspillage d’argent. «Rincer les aliments sous l’eau déloge les pesticides de surface qui sont solubles dans l’eau», explique-t-il. «On peut aussi frotter les légumes et les fruits qui ont la peau dure à l’aide d’une petite brosse. Ou les peler, mais on se prive alors de certains nutriments.»

Pour ce qui est des pesticides non solubles dans l’eau ou qui ont pénétré la chair de l’aliment, l’expert se veut rassurant : «Dans la majorité des cas, les concentrations de pesticides demeurent sous les limites maximales établies pour assurer la sécurité des consommateurs. De plus, les bénéfices de la consommation de fruits et légumes dépassent très largement les risques de consommer des pesticides. Alors, il n’y a pas lieu de s’en priver.»

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!