Getty Images/iStockphoto Malgré de nombreuses études, le lien entre la douleur et certaines conditions climatiques n’est pas démontré.

Votre grand-père vous annonce du mauvais temps lorsque son arthrose aux genoux s’aggrave. Votre belle-sœur se plaint de son arthrite rhumatoïde les jours de pluie. Nos articulations jouent-elles vraiment le rôle d’une station météo?

Certaines personnes sont convaincues que le climat a un effet sur leurs rhumatismes. Leurs douleurs inflammatoires chroniques, disent-elles, augmenteraient tout particulièrement à l’approche du mauvais temps. Selon des données cliniques relevées par des chercheurs de partout dans le monde, plus de 60% des gens pensent que la pluie et la température aggravent leurs symptômes d’arthrose, une des principales formes d’arthrite.

«Lorsqu’on souffre, on cherche une cause. La température devient le bouc émissaire parfait», pense Louis Bessette, rhumatologue au Centre de recherche du CHU de Québec. Cela dit, la médecine ne rejette pas la possibilité d’un lien. «Les différences de pression barométrique, par exemple, pourraient affecter les nerfs de la membrane synoviale qui tapisse l’intérieur d’une articulation et ainsi augmenter la sensation de douleur», signale-t-il.

Les spécialistes avancent aussi que les tremblements musculaires déclenchés par le corps pour se réchauffer au contact du froid ou de l’humidité pourraient exercer une traction sur les structures articulaires malades et amplifier la douleur. Ces explications ne sont par contre que des hypothèses.

Ce que la recherche en dit
Plusieurs études scientifiques ont comparé les données des stations météorologiques avec les mentions d’épisodes douloureux de personnes atteintes de rhumatismes. Les résultats? Contradictoires. Par exemple, en réalisant une revue de la littérature sur le sujet, des chercheurs des Pays-Bas ont notamment recensé quatre études associant une augmentation de la température à une baisse de la douleur articulaire, une qui semble démontrer le contraire et cinq qui n’établissent aucune corrélation.

«Ces résultats divergents s’expliquent par le fait que plusieurs travaux de recherche utilisent une méthodologie boiteuse qui fausse les données», mentionne Louis Bessette.

Pour remettre les pendules à l’heure, les mêmes scientifiques néerlandais ont entrepris en 2014 une étude pour percer le mystère de la météosensibilité des personnes arthritiques. Ils ont analysé les symptômes cliniques de patients atteints d’arthrose de la hanche en relation avec plusieurs conditions climatiques. Parmi les résultats obtenus: une hausse de 10 % de l’humidité relative fait grimper le niveau de douleur de 1… sur une échelle de 100. En raison de ce faible effet, les chercheurs concluent que la corrélation entre douleurs articulaires et humidité n’est pas scientifiquement significative.

Les observations personnelles faites par le Dr Louis Bessette en clinique abondent vont dans ce sens.

Le verdict
Les personnes souffrant de rhumatismes ne sont pas météosensibles. Selon plusieurs études, le lien entre une augmentation de la douleur et certaines conditions climatiques est tellement ténu qu’il n’est pas jugé significatif.

Comment expliquer alors que deux tiers des patients suivis par des rhumatologues affirment avoir plus mal lorsque le temps est maussade?

«Il faut regarder du côté du mode de vie», pense le Dr Louis Bessette. Quand il fait froid ou lorsqu’il pleut, les gens restent à l’intérieur et bougent peu. C’est l’inactivité qui exacerberait la douleur.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!