Après avoir été nourri exclusivement de lait pendant quelques mois, votre petit trésor est maintenant prêt à découvrir la nourriture solide. Voici cinq trucs pour vous guider dans cette nouvelle étape.

1. Respecter 
le rythme de l’enfant
Plusieurs critères permettent de déterminer si bébé est prêt ou non à consommer des aliments solides. Tout d’abord, il doit être en mesure de se tenir assis sans aide. Il doit aussi démontrer de l’intérêt pour les aliments et être en mesure de signifier un éventuel refus, par exemple en détournant la tête. «Habituellement, ces signes se manifestent autour du sixième mois de l’enfant. Chose certaine, il ne faut surtout pas commencer l’introduction des aliments solides avant l’âge de 4 mois, à moins d’un avis médical contraire», insiste Mylène Duplessis 
Brochu.

2. Privilégier 
des aliments riches en fer
Jusqu’à tout récemment, les parents étaient invités à respecter un certain ordre quant à l’introduction des aliments solides. Toutefois, depuis deux ans, il n’est plus nécessaire d’introduire la banane avant de passer à l’ananas, par exemple. «La seule recommandation qui tient toujours, c’est de commencer avec des aliments riches en fer, comme les céréales pour bébés ou la viande, car à six mois, les réserves ferreuses diminuent rapidement», explique la nutritionniste.

3. Opter 
pour des goûts neutres
Afin de permettre à votre enfant de découvrir – et d’apprécier – le goût véritable des aliments, il est préférable de les lui présenter avec le moins d’artifices possible. Exit, donc, la pincée de sel sur les légumes ou le filet de sirop d’érable sur les fruits. «De toute façon, les saveurs naturelles sont déjà très intenses pour bébé, car ses papilles sont toutes nouvelles et n’ont jamais été en contact avec rien d’autre que du lait», rappelle Mylène Duplessis Brochu.

4. Cuisiner les allergènes
Le calendrier d’introduction des aliments n’est pas le seul à avoir subi des modifications : les restrictions quant aux allergènes ont elles aussi été révisées. Désormais, il est en effet recommandé d’introduire les allergènes le plus rapidement possible. «Nous avons observé que cela diminue le risque de développer une allergie. Ceci dit, je suggère aux parents d’y aller avec un allergène à la fois. Et s’ils sont eux-mêmes allergiques à un aliment, il serait préférable qu’ils en discutent avec leur médecin», indique Mylène Duplessis Brochu.

5. Se méfier 
de certains aliments
Durant les 12 premiers mois, les enfants sont beaucoup plus vulnérables aux bactéries. Or, le miel peut contenir des spores de la bactérie à l’origine du botulisme, et ce, même s’il est pasteurisé. Il est donc déconseillé d’en donner avant l’âge d’un an. «La même précaution s’applique aux aliments non pasteurisés, comme les fromages au lait cru, ainsi qu’aux aliments qui ne sont pas entièrement cuits, comme la viande saignante ou les jaunes d’œufs coulants», énumère la 
nutritionniste.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!