© AleksandarNakic/Istock.com

Les Scandinaves semblent nous dicter les tendances bien-être à suivre ces dernières années, la dernière en date nous vient de Suède: c’est le «plogging». Ce sport n’est autre qu’un jogging éco-responsable qui allie l’utile à l’agréable, il consiste à courir tout en ramassant les déchets trouvés pendant sa sortie.

D’où vient ce mot qui fleurit sous forme de hashtag sur les réseaux sociaux en ce moment? On pourrait penser à un terme anglais, mais pas du tout. C’est un mot-valise réalisé à partir des termes signifiant «courir» et «ramasser» en suédois. Cette nouvelle tendance a émergé l’année dernière en Suède et commence à essaimer en Europe, notamment en Allemagne et en France. On trouve même certains adeptes du plogging en Inde, en Turquie et au Mexique.

Même si ce sport qui est loin d’être nouveau se trouve sous le feu des projecteurs en ce moment, rien d’étonnant à cela, car un nombre croissant de citoyens et de sportifs s’intéressent aussi aux questions d’environnement et aux problèmes causés par les déchets dans la nature.

En plus d’aider à nettoyer la nature, le plogging affiche de nombreux bienfaits pour la santé, tout le monde y gagne.

Certains penseront que les arrêts fréquents pendant son running pour ramasser des détritus cassent le rythme d’entraînement, or il est prouvé que cette forme d’entraînement en fractionné permet d’améliorer non seulement sa forme, mais aussi de perdre plus de poids.

C’est aussi une bonne manière de motiver les débutants à se mettre à la course. Les arrêts fréquents permettent de respirer et de travailler son endurance en douceur. Le fait de se baisser en pliant les genoux ou en se penchant vers l’avant permet par ailleurs aux coureurs de faire travailler d’autres muscles que ceux sollicités pendant la course.

Contrairement à d’autres formes de course à pied, comme le fond, le plogging a un côté plus convivial, c’est une activité à faire entre amis, voire même avec des enfants (dès lors que l’on porte des gants). Ramasser en groupe permet de se motiver, l’élément social compte beaucoup, et poser pour la photo en fin de séance avec tout ce qu’on a glané offre un résultat visible et plus concret que simple jogging.

Si vous ne connaissez personne intéressé par le plogging, des groupes se forment sur les réseaux sociaux notamment à Paris ou Edimbourg et encouragent à sortir des salles de sport pour explorer l’environnement urbain ou naturel. Une pratique encore plus appréciable lorsque l’environnement est propre.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!