Getty Images/iStockphoto Un Epipen

OTTAWA — Santé Canada met en garde contre certains EpiPens qui restent coincés dans leur tube de rangement, ce qui pourrait retarder l’administration de soins d’urgence.

L’agence fédérale dit avoir été informée par Pfizer Canada de ce pépin qui concerne quelques auto-injecteurs EpiPen et EpiPen Jr.

Le problème pourrait retarder ou empêcher un traitement urgent, entraînant possiblement «une incapacité chez le patient, et même la mort», prévient Santé Canada.

Selon Pfizer Canada, la défaillance découle d’étiquettes mal appliquées sur quelques dispositifs — et non du mécanisme lui-même ou du médicament qu’il livre.

Les EpiPens ne font pas l’objet d’un rappel par Pfizer, car le risque peut être facilement réduit par une simple vérification du dispositif.

Pour ce faire, il suffit de repousser le capuchon du tube et de laisser le dispositif glisser dans sa main en prenant soin de ne pas le secouer et en s’assurant que les rebords de l’étiquette n’adhèrent pas à l’intérieur du tube, explique Santé Canada.

Les dispositifs qui sortent du tube sans adhérer à sa paroi intérieure peuvent être rangés, tandis que ceux qui opposent une résistance ou qui laissent une trace gommante doivent être retournés à la pharmacie. Santé Canada déconseille de tenter de retirer ou recoller l’étiquette soi-même. Le bouchon bleu doit rester en place sur l’auto-injecteur jusqu’au moment d’utilisation.

Les EpiPens sont employés pour administrer une dose d’adrénaline aux patients présentant un risque de réaction allergique mortelle.

Selon Pfizer, aucun dysfonctionnement d’EpiPen n’a été signalé au Canada.

 

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!