Comment l’Artiste a-t-il appris à danser? Comment Michelle s’est-elle transformée en Marilyn? Comment Rooney a-t-elle obtenu son fameux tatouage? Métro s’est penché sur les moyens utilisés par certains acteurs en lice aux Oscars cette année pour se glisser dans la peau de leur personnage.

Jean Dujardin (Meilleur acteur)
Bérénice Bejo (Meilleure actrice de soutien)
Film : The Artist

Défi : Le chorégraphe et danseur à claquettes Fabien Ruiz devait entraîner les deux vedettes pour qu’elles arrivent à danser comme Fred Astaire et Ginger Rogers. Il admet que ça n’a pas été de tout repos : «Ni l’un ni l’autre ne savait danser et, honnêtement, aucun des deux n’est naturellement doué.» Huit mois avant le tournage, Bejo s’entraînait deux heures par jour, cinq jours par semaine. De son côté, Dujardin a commencé un peu plus tard à s’exercer deux heures par jour, trois ou quatre fois par semaine. «Maîtriser la technique était la partie facile. Le plus difficile, c’est de danser comme si ça avait l’air simple tout en étant gracieux devant les caméras», croit M. Ruiz. L’autre défi, c’est que leurs physiques sont différents : «Jean a dû travailler la légèreté des pas, alors que Bérénice devait se concentrer pour bien utiliser sa puissance.»

Michelle Williams (meilleure actrice)
Film : My Week with Marilyn
Défi :
Toute menue, Williams a confié au magazine Vogue que le poids qu’elle a réussi à prendre pour incarner Marilyn s’accumulait surtout dans son visage au lieu d’arrondir ses hanches. Elle a donc dû utiliser des bourrures pour simuler des courbes plus voluptueuses. Elle a aussi eu recours aux services à la spécialiste du mouvement Jane Gibson, de la compagnie de théâtre Cheek by Jowl, pour adopter les trémoussements caractéristiques de l’iconique actrice.

Rooney Mara (meilleure actrice)
Film : The Girl with the Dragon Tattoo
Défi :
Pour se glisser dans la peau de l’héroïne de Steig Larsson, Lisbeth Salander, Mara a coupé ses cheveux, a rasé ses sourcils et s’est fait percer la lèvre, le sourcil, le nez, les oreilles et les mamelons. Elle a aussi suivi des cours de kick-boxing et de planche à roulettes, et a appris à conduire une moto. Le tatouage de dragon, toutefois, n’était pas permanent. Pour l’arborer, elle devait passer des heures sur la chaise de maquillage tous les jours. 

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!