AFP PHOTO THOMAS SAMSON Un exemple de parquet neutre de cigarettes en France, proposé par "Alliance contre le tabac".

Très controversé avant sa mise en place, le paquet de cigarettes « neutre » a été rapidement accepté par les fumeurs après son introduction en Australie en décembre 2012, selon une étude publiée mardi.

Alors que seulement 28% des fumeurs australiens approuvaient la mesure avant, leur nombre a bondi à 49% peu après l’introduction des paquets génériques, tandis que les opposants tombaient à 34,7%, précise l’étude publiée dans la revue Tobacco Control qui dépend du groupe du British Medical Journal (BMJ).

Destinés à lutter contre le tabagisme, les paquets neutres sont des paquets standardisés ayant tous la même forme, la même taille et la même typographie, sans aucun logo. Le nom de la marque continue toutefois à apparaître en petits caractères.

L’Australie a été le premier pays à appliquer une telle mesure dans le monde, mais d’autres pays dont la France, l’Angleterre et l’Irlande ont également annoncé leur intention d’adopter des dispositions similaires.

En France, l’arrivée des paquets neutres dans les bureaux de tabac est prévue début 2016, mais la mesure est vivement contestée par les cigarettiers qui ont menacé d’aller en justice.

Selon l’étude réalisée par des chercheurs australiens auprès de 6.384 personnes interrogées annuellement entre 2007 et 2013, les petits fumeurs tout comme ceux qui envisageaient d’arrêter de fumer ont été les plus nombreux à soutenir les paquets neutres après leur introduction. Les gros fumeurs sont en revanche restés nettement plus sceptiques.

« Le soutien pour les paquets neutres a fortement augmenté parmi les fumeurs australiens depuis la mise en place de cette politique, seule une minorité de fumeurs continuant à s’y opposer » soulignent les chercheurs.

L’introduction du paquet neutre, combinée à une hausse des prix, a fait baisser le nombre de fumeurs australiens quotidiens âgés de plus de 14 ans de 15,1% en 2010 à 12,8% en 2013, selon une étude gouvernementale.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!