Métro

MONTRÉAL – Si vous voulez améliorer votre santé cardiaque en modifiant votre alimentation, ne tenez pas uniquement compte de ce que vous mangez — mais aussi du moment où vous mangez.

Des chercheurs de l’université San Diego State et de l’Institut des études biologique Salk ont constaté qu’ils pouvaient prévenir les problèmes cardiaques liés à l’âge et à l’alimentation chez des mouches des fruits, simplement en limitant leur accès à la nourriture.

Des études antérieures avaient noté que les gens qui mangent plus tard pendant la journée ou la nuit ont un risque plus élevé de souffrir de maladie cardiaque que ceux qui cessent de s’alimenter plus tôt.

Lors de cette étude, un groupe de mouches a pu s’alimenter quand il le voulait et un autre seulement pendant une période de 12 heures.

Après trois et cinq semaines, les chercheurs ont constaté que les mouches du deuxième groupe dormaient mieux, avaient pris moins de poids et présentaient un coeur nettement plus en santé que les autres — et ce même si elles avaient consommé une quantité comparable de nourriture.

Même des mouches plus âgées dont on contrôlait soudainement l’accès à la nourriture en tiraient profit. De plus, le coeur des mouches à qui on permettait de recommencer à s’alimenter n’importe quand conservait un certain degré de protection.

Les gènes qui contrôlent le rythme circadien de l’organisme semblent y être pour quelque chose.

Le biologiste Girish Melkani a dit qu’il est encore trop tôt pour extrapoler ces conclusions aux humains, mais qu’à tout le moins il serait sage de penser à mettre fin aux collations de fin de soirée.

Les mouches des fruits sont utilisées depuis longtemps pour mieux comprendre la génétique humaine.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!