MONTRÉAL – L’analyse des gaz intestinaux d’un patient pourrait éventuellement permettre de détecter des maladies comme le cancer du côlon, croient des chercheurs australiens.

Les scientifiques rappellent que la médecine commence à peine à comprendre, et à s’intéresser, à l’impact de la flore intestinale sur la santé d’un individu.

Différents microbes retrouvés dans l’intestin produisent différents gaz, allant du sulfure d’hydrogène nauséabond au méthane inodore. Certains de ces gaz ont été associés à des problèmes comme le syndrome du côlon irritable, la maladie inflammatoire chronique de l’intestin et le cancer du côlon.

Une mesure de la concentration de ces gaz pourrait donc permettre de mieux comprendre la contribution de ces microbes sur la santé gastrointestinale.

Les auteurs proposent notamment la mise au point d’une capsule perméable au gaz et munie de capteurs électroniques, d’un microprocesseur et d’un transmetteur sans-fil que le patient pourrait tout simplement avaler.

L’article est publié dans les pages de Trends in Biotechnology.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!