MONTRÉAL – Une alimentation riche en gras pourrait altérer le comportement, possiblement en provoquant une inflammation du cerveau, prévient une nouvelle étude publiée dans les pages du journal médical Biological Psychiatry.

On sait depuis longtemps qu’une alimentation riche en gras est un facteur de risque pour plusieurs problèmes de santé, dont la maladie cardiaque et les accidents vasculaires cérébraux, mais on croit de plus en plus qu’elle pourrait aussi gonfler les risques de dépression ou de troubles psychiatriques.

Des chercheurs de l’université Lousiana State ont transplanté chez des souris normales le microbiome (la flore intestinale) de souris qui avaient reçu soit une alimentation normale, soit une alimentation riche en gras.

Les souris qui ont reçu le microbiome influencé par une alimentation riche en gras ont démontré de multiples modifications de leur comportement, notamment une hausse de l’anxiété, des problèmes de mémoire et des comportements répétitifs.

Des signes d’inflammation ont été détectés au niveau du cerveau, ce qui pourrait être associé aux changements de comportements.

Les chercheurs admettent ne pas bien comprendre le lien entre le microbiome et le comportement, mais ils constatent que des changements au microbiome sont suffisants pour altérer le comportement — même en l’absence d’obésité.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!