Un enfant sur cinq ne reçoit pas les vaccinations de routine indispensables, a affirmé mercredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui montre notamment du doigt le Nigeria, l’Inde et le Pakistan.

Les objectifs en matière de vaccination globale dans le monde en 2015 ont pris un gros retard, a ajouté l’OMS.

Les vaccins de routine pourraient éviter le décès d’un million et demi de personnes chaque année, des suites de maladies évitables, a poursuivi l’OMS dans un communiqué, à l’occasion de la semaine mondiale (24-30 avril) pour l’immunisation et la vaccination.

En 2013, quelque 22 millions d’enfants n’ont pas reçu les trois doses du vaccin DTP3 (diphtérie, tétanos, coqueluche) et la moitié d’entre eux vivent au Nigeria, en Inde et au Pakistan.

La semaine mondiale de l’immunisation devrait donner « un nouveau souffle aux efforts en faveur de la vaccination pour tous les enfants, où qu’ils soient », a estimé  Flavia Bustreo, directrice générale adjointe de l’OMS chargée de la santé des femmes et des enfants.

En 2012, les États-membres de l’OMS ont adopté un plan global de vaccinations.

Un récent rapport a souligné que les vaccins n’étaient pas livrés de manière équitable ou fiable et qu’il n’y a qu’un des six objectifs de vaccinations pour 2015 à être en voie de réalisation.

De nombreux pays dans le monde ont constaté des épidémies de rougeole l’année dernière, qui mettent en péril l’objectif de l’OMS d’éliminer cette maladie dans trois régions d’ici à la fin 2015.

L’OMS estime que l’immunisation évite actuellement entre deux et trois millions de morts par an.

Les objectifs fixés par l’ONU en matière de vaccination pour 2015 ne sont pas tenus dans 65 pays, a indiqué le Dr Jean-Marie Okwo-Belé, directeur des programmes d’immunisation et des vaccins à l’OMS.

Des progrès ont été réalisés, mais sont insuffisants, a ajouté l’OMS.

Les taux de vaccination ont passé de 5% dans les années 70 à 80% dans la plupart des pays.

En 2013, 129 pays ont atteint un taux de vaccination d’au moins 90%.

Pour les trois doses diphtérie-tétanos-coqueluche, pour la polio et pour la rougeole, le taux de couverture atteint 84% au niveau mondial.

Pour l’hépatite B, il est de 81%, pour la fièvre jaune de 41%, les maladies à pneumocoque de 25% et le rotavirus de 14%.

La polio devait être éliminée de la surface de la planète en 2014, mais le virus reste endémique dans trois pays, en Afghanistan, au Nigeria et au Pakistan.

Les principaux défis auxquels sont confrontés les programmes de vaccination sont le manque de ressources, les systèmes de santé insuffisants dans les pays pauvres et un contrôle inadéquat.

En outre, les conflits entravent les campagnes de vaccination, notamment en Syrie, en Irak, au Yémen, en Somalie, en Afghanistan, au Soudan et au Soudan du Sud.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!