MONTRÉAL – Les grans trans de source alimentaire semblent interférer avec la mémoire des hommes âgés de 45 ans et moins, selon une étude réalisée par des chercheurs de la Faculté de médecine de l’Université de la Californie à San Diego.

Les scientifiques ont épluché les données provenant de 1018 hommes et femmes questionnés au sujet de leur alimentation et soumis à un test de rappel de mots.

En moyenne, les hommes âgés de 45 ans et moins ont pu se souvenir de 86 mots. Chaque gramme additionnel de gras trans consommé chaque jour retranchait 0,76 mot à leur performance. Les hommes qui consommaient le plus de gras trans se souvenaient donc de 12 mots de moins que ceux qui n’en consommaient pas du tout.

Des études précédentes avaient déjà démontré que les gras trans pouvaient avoir un impact négatif sur le comportement et l’humeur, mais c’est la première fois que la mémoire est aussi mise en cause.

L’inclusion des femmes dans l’analyse ne changeait rien aux résultats

La puissante Food and Drug Administration des États-Unis a annoncé cette semaine des mesures pour éliminer complètement les gras trans.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le journal médical PLOS ONE.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!