gpointstudio /shutterstock.com

Une étude menée par une équipe américaine de l’University of Texas Medical Branch (UTMB) à Galveston a mis en évidence que quand les chirurgiens écoutent leur musique préférée ils travaillent mieux et plus vite.

C’est bien connu, la musique adoucit les mœurs. Dans tous les blocs opératoires du monde, les chirurgiens travaillent en écoutant leur mélodie favorite. Des études antérieures ont même prouvé que cela avait une influence sur la détente en baissant significativement le stress.

Mais jusqu’à présent aucune n’avait cherché à savoir si cela pouvait avoir une influence positive sur l’efficacité même des interventions. C’est exactement ce qu’ont cherché à prouver deux chercheurs de l’Université of Texas Medical Branch (UTMB) à Galveston.

« L’objectif de l’étude était d’évaluer l’effet de la musique sur l’efficacité de la fermeture des plaies », précisent les scientifiques. « Nous avons alors constaté que quand les chirurgiens travaillaient en écoutant leur musique préférée, les points de sutures sur les plaies étaient plus rapidement et mieux faits ».

Pour arriver à ces résultats, publiés dans la revue Aesthetic Surgery Jounal, les chercheurs ont demandé à 15 chirurgiens, internes en médecine et spécialistes de la chirurgie plastique, de réaliser, sur deux jours consécutifs, deux fermetures identiques de plaies sur des pieds de porc. Ces derniers, en effet, présentent l’avantage d’avoir une peau très proche de celle de l’homme.

Ces deux opérations se faisaient soit avec la musique préférée du chirurgien, soit sans musique et cela ne manière aléatoire: c’est-à-dire que certains réalisaient la première opération avec la musique tandis que les seconds étaient bercés par leur mélodie favorite pendant la deuxième, ceci afin de ne pas fausser les résultats.

Quand les chercheurs ont comparé les analyses, ils ont mis en évidence que le temps de traitement moyen pour tous les chirurgiens qui avaient écouté de la musique était de 8% moins important par rapport à ceux qui avaient travaillé sans mélodie, avec une amélioration encore plus significative pour les internes les plus expérimentés, soit 10%

« La qualité des interventions étaient également meilleure dans les groupes de mélomanes », souligne les auteurs de l’étude, qui concluent: « notre étude prouve que la musique améliore l’efficacité de la suture des plaies ce qui pourrait se traduire, dans l’avenir, par des économies de coûts de soins de santé ».

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!