©bikeriderlondon/shutterstock.com

Grâce à ce bracelet en silicone, qui vient d’être commercialisé en France, les équipes soignantes pourront, en cas d’urgence, fournir le traitement le mieux adapté au patient.

L’innovation de cette start-up israélienne, MyMDband, entend sauver des vies en rendant accessible notre dossier médical en temps réel aux urgentistes, en cas de malaise, d’accident etc… Il devraît être particulièrement utile aux personnes qui ont des antécédents médicaux importants et aux patients à risque (diabète, Alzheimer, maladies chroniques, problèmes cardiaques…)

Ce bracelet en silicone permet de transmettre en temps réel ses informations médicales grâce à un scan du code QR (code barre) unique gravé sur sa boucle. Le dispositif est accessible via tous types de smartphones. Il peut être porté 24 heures sur 24 dans toutes conditions (notamment dans l’eau).

Si le médecin rencontre un problème technique, il peut se connecter sur le site internet http://www.medicalinfo.fr, le code PIN étant indiqué sur le bracelet.

Au préalable, le patient doit remplir le dossier en ligne sur le site de la start-up (à l’aide d’un accès sécurisé). Il peut se faire aider d’un proche ou de son médecin traitant pour rentrer les données et faire les mises à jour si besoin. Six rubriques sont à documenter: contacts, maladies et affections, allergies, vaccinations, dispositifs médicaux, et enfin historique (dernier électrocardiogramme par exemple).

En cas d’urgence à l’étranger, les informations médicales sont automatiquement traduites dans le pays d’origine et la liste des médicaments nécessaires est fournie dans sa langue. Autre avantage du bracelet: Les proches et le médecin traitant sont avertis automatiquement par mail ou SMS dès que le code barre du bracelet est scanné. Cette fonction demande d’avoir répertorié ces contacts au préalable. Un système de géolocalisation leur indique le lieu où se trouve la personne secourue.

En France, le bracelet coûte 48 euros (achat du bracelet + abonnement annuel) ou 96 euros si l’on s’engage pour trois ans. Il est commercialisé depuis 2014 aux États-Unis, au Canada, au Moyen-Orient, en Australie et en Amérique latine, et tout récemment en France et en Belgique.

Même si les partenariats entre l’entreprise et les centres hospitaliers à l’étranger se sont multipliés ces derniers temps, habituant les urgentistes à ce dispositif, reste à savoir si les urgentistes français auront le réflexe de vérifier si le patient porte sur lui ce type de bracelet…

Pour consulter le dispositif:

Aussi dans Techno :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!