Métro Ce qui distingue le yoga de la rage, c’est l’attitude qu’on adopte en le pratiquant. Pas besoin d’être en colère pour s’y mettre!

L’instructrice de yoga Lindsay Istace assure que le yoga de la rage aide les gens à composer avec leurs humeurs noires.

Une salle remplie de gens qui boivent, jurent et font des doigts d’honneur : voilà qui évoque davantage un bar sportif qu’un cours de yoga! Pourtant, c’est le décor idéal pour s’adonner au yoga de la rage.

La pionnière de cette pratique, Lindsay Istace, incite ses élèves à relâcher leur stress en se comportant comme des hooligans, tout en perfectionnant leurs postures classiques de yoga, comme celle du chien tête baissée. Mme Lindsay, qui a eu l’idée de ce yoga peu conventionnel alors qu’elle se remettait d’une rupture difficile, explique pourquoi il aide les gens à se débarrasser de leurs émotions négatives.

Pourquoi avez-vous créé le yoga de la rage?
L’idée a germé alors que je vivais une rupture. J’étais en colère, j’avais beaucoup de chagrin, et ces émotions ont commencé à s’extérioriser tout naturellement, par des cris et des jurons, pendant que je faisais du yoga. Pour rigoler, j’ai raconté ça sur ma page Facebook, et quelqu’un m’a répondu qu’il me voyait bien enseigner le yoga de la rage. Ça m’a donné l’idée d’offrir un atelier.

Quelle est l’utilité de ce yoga?
Tous les types de yoga visent à vous ramener dans l’instant présent, à vous connecter à votre corps et à votre esprit. La particularité du yoga de la rage, c’est qu’il vous offre un espace où vous pouvez être honnête avec vous-même. Plutôt que de censurer vos émotions, vous les utilisez dans votre pratique. Et puis il est moins intimidant pour les débutants. Cette formule ne plaît pas à tout le monde, mais elle fait beaucoup de bien à ceux qui aiment l’idée.

Et qu’est-ce qui le rend si bénéfique?
C’est qu’il offre aux participants un lieu sécurisant où se libérer de leurs émotions négatives, mais d’une façon positive. Pratiquer ce yoga aide à canaliser ses émotions pour les utiliser ensuite de façon constructive, afin de devenir une personne plus forte et plus heureuse.

Est-ce qu’il faut être en colère pour suivre vos cours?
Pas du tout! Ce qui distingue le yoga de la rage, c’est l’attitude qu’on adopte en le pratiquant. Pas besoin d’être en colère pour s’y mettre! Il suffit d’assister à un cours et d’accepter de se laisser aller.

Quel accueil avez-vous reçu jusqu’à présent?
Il n’y a pas si longtemps que j’ai commencé à offrir des cours à Calgary, en Alberta, mais déjà, je reçois des commentaires extraordinaires. Plusieurs de mes élèves n’avaient jamais fait de yoga auparavant, souvent parce qu’ils étaient intimidés par les studios de yoga traditionnels. D’autres viennent parce qu’ils aiment l’atmosphère décontractée de mes cours, qui les change de leur pratique de yoga plus sérieuse. Ce que j’entends le plus souvent, c’est que les gens aiment l’ambiance originale de mes cours.

Expansion

«J’ai lancé une campagne de sociofinancement sur Kick­starter pour pouvoir donner des cours sur le web, annonce Lindsay Istace. Je suis excitée par ce projet, parce que des gens de partout dans le monde me demandent de leur enseigner ma technique, mais je ne peux pas me téléporter! J’aime l’idée de créer une communauté de yogis nouveau genre, les voyous du yoga, en quelque sorte! Je compte aussi organiser une tournée de cours de yoga de la rage au Canada et peut-être aux États-Unis plus tard cette année.»

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!