MONTRÉAL – Les infirmières, les policiers et les chauffeurs d’autobus qui travaillent de nuit sont plus susceptibles d’avoir des défaillances de leur système immunitaire, révèle une nouvelle étude de l’Université McGill qui dit mesurer pour la première fois l’impact chez les humains.

L’étude a été publiée plus tôt cette année dans la revue scientifique Journal of Immunology.

La conclusion des chercheurs est qu’à long terme, les oiseaux de nuit sont plus à risque de développer des infections, des maladies auto immunes, cardiovasculaires et certains types de cancer.

Ils se demandaient si des perturbations de l’horloge interne en raison du travail de nuit pouvaient affecter le système immunitaire. Et leur conclusion est que oui.

Les humains sont des animaux diurnes, rappellent-ils.

Des recherches avaient déjà démontré chez des rongeurs que les horloges internes régissent les réponses immunitaires.

Mais Marc Cuesta, Nicolas Cermakian and Diane B. Boivin, des chercheurs de l’Institut de recherche en santé mentale Douglas et à l’Université McGill, voulaient aller plus loin.

Car il n’était pas encore connu si la perturbation de ces horloges internes pouvait avoir des effets sur le système immunitaire des humains, explique Nicolas Cermakian, un chercheur et professeur au département de psychiatrie de l’Université McGill.

Ils ont donc reproduit les conditions de nuit chez neuf volontaires en santé. Dans une salle d’isolation temporelle, ils ont été privés de la lumière et des bruits sonores caractéristiques du jour.

Les chercheurs ont notamment évalué la sécrétion de cytokines et des protéines synthétisées par le système immunitaire. Ils ont comparé la différence entre ceux qui vivent de jour et ceux qui vivent de nuit.

Les cytokines permettent un dialogue entre les cellules, régulant des fonctions biologiques extrêmement variées, notamment en lien avec l’inflammation et la réponse immunitaire.

Après cette conclusion prometteuse, les chercheurs souhaitent maintenant mesurer l’impact sur de réels travailleurs de nuit et voir ainsi jusqu’à quel point leur système immunitaire est perturbé.

Aussi dans Vivre :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!