Métro

OTTAWA – Le gouvernement fédéral reconnaît officiellement les microbilles de plastique en tant que substance toxique, pavant ainsi la voie à leur interdiction.

Un avis publié en ligne, mercredi, indique que ces minuscules billes de plastique utilisées dans la fabrication de produits de soins personnels figurent dorénavant à la liste des substances toxiques en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement. Ottawa pourra ainsi contrôler leur utilisation, et même les bannir.

Or, les microbilles sont déjà en voie de disparition.

L’avis souligne que cinq des 14 entreprises de l’Association canadienne des cosmétiques, produits de toilette et parfums ont déjà cessé leur utilisation — les neuf autres devraient en faire autant d’ici 2018 ou 2019.

Préoccupés par l’accumulation de microbilles dans les cours d’eau — un danger à la fois pour la sécurité publique que pour les écosystèmes marins —, les parlementaires avaient voté à l’unanimité pour le retrait de ce polluant l’an dernier.

Le gouvernement propose d’interdire la production et l’importation de produits de soins personnels contenant des microbilles d’ici la fin de 2017 et d’interdire la vente de ces produits d’ici la fin de 2018.

Selon l’avis publié mercredi, le gouvernement cible les microbilles de moins de cinq millimètres qu’on retrouve surtout dans les produits de soins personnels.

En 2014, près de 100 000 kilogrammes de microbilles de plastique ont été importés au Canada dans des exfoliants et des nettoyants.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!