Getty Images/iStockphoto

Microsoft a adopté jeudi un ensemble de principes face au développement de la reconnaissance faciale, exhortant ses rivaux à faire de même et les gouvernements à adopter des mesures pour éviter un état de surveillance digne du roman 1984 de George Orwell.

«Nous devons nous assurer que l’année 2024 ne ressemble pas à une page du roman 1984», a écrit le patron de Microsoft, Brad Smith, dans un billet de blog accompagnant un discours à la Brookings Institution.

«Un principe démocratique indispensable a toujours été qu’aucun gouvernement n’est au-dessus des lois. Aujourd’hui, cela nécessite que nous fassions en sorte que l’utilisation par le gouvernement de la technologie de reconnaissance faciale reste soumise à l’État de droit. Une nouvelle législation peut nous mettre sur cette voie», a estimé le président de Microsoft.

Les six principes adoptés par l’entreprise pour accompagner l’utilisation de cette technologie sont l’équité, la transparence, la responsabilité, la non discrimination, l’information et le consentement des consommateurs, et une surveillance en accord avec la loi. Ils seront détaillés dans un document qui sera publié prochainement.

Microsoft commencera à mettre en œuvre ces principes d’ici la fin du premier trimestre 2019, et exhortera les autres entreprises à adopter des mesures similaires, a-t-il dit.

«Nous pensons qu’il est important que les gouvernements, en 2019, commencent à adopter des lois pour réguler cette technologie», a ajouté M. Smith, indiquant que sa société pousserait pour que celles-ci mettent notamment en avant la protection de la vie privée.

Plus tôt cette année, Microsoft avait déjà indiqué qu’il existait un besoin de régulation sur la reconnaissance faciale.

Selon son dirigeant, un élément important serait d’exiger «un examen sérieux par l’homme» quand les algorithmes de la reconnaissance faciale sont utilisés pour prendre des décisions essentielles pouvant influer sur les droits humains ou la vie privée d’une personne, et de la protéger contre toute forme de discrimination.

Aussi dans Techno :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!