Le réalisateur de Kony 2012,
ce mini-documentaire devenu viral, a été arrêté jeudi puis hospitalisé
après avoir troublé l’ordre public, errant nu dans les rues de San
Diego.

L’Américain Jason Russell, 33 ans, fervent chrétien, père de
deux enfants et cofondateur de l’organisme à but non lucratif Invisible
Children, aurait eu un comportement très étrange selon la police de San
Diego. Il aurait vandalisé des voitures, se serait masturbé en public et
aurait été sous l’influence de substances.

«Il n’avait jamais eu de problème avec la police mais, lors de
l’évaluation, nous nous sommes rendus compte qu’il avait probablement
besoin que l’on prenne soin de lui. Des agents l’ont donc mis en
détention puis l’ont transféré dans un établissement médical local pour
une évaluation plus approfondie et un traitement», a expliqué la
lieutenant Andra Brown.

D’après Ben Keesey, le responsable de l’ONG Invisible Children, Jason
Russell a été hospitalisé pour épuisement, déshydratation et
malnutrition. «Les deux dernières semaines ont été remplies d’émotions
pour nous tous et cela s’est manifesté par le malheureux incident
d’hier. Jason a tant fait pour aider les gens, nous sommes effondrés de
le voir faire face à des problèmes personnels.»

Le même jour, lors d’une projection organisée par l’African Youth
Initiative Network (AYINET) dans la ville de Lira, la vidéo visionnée
plus de 80 millions fois en deux semaines suscitait la colère de
milliers d’Ougandais. Kony 2012 s’est terminée en mini-émeutes
et sous les jets de pierres, les spectateurs se sentant en colère,
offensés, jugeant le récit inexact et trop simpliste, explique un journaliste d’Al-Jazeera sur place lors de la séance.

Le documentaire controversé de 30 minutes dénonce les agissements de
Joseph Kony, un chef de guerre Ougandais à la tête de l’Armée de
résistance du seigneur (LRA). Recherché par la Cour pénale
internationale, ils sont accusés d’avoir violé ou tué des milliers de
civils et d’avoir réduit des milliers d’enfants en esclavage depuis les
années 80.

Aussi dans Techno:

blog comments powered by Disqus