Collaboration spéciale Photo 1

Au printemps, avec les tulipes, arrivent aussi les fourbes et les escrocs du web. Au printemps, les fourbes et les escrocs du web reprenennt du service. Ils semblent sortir d’une longue hibernation. Ils dégèlent et tentent de berner les gens afin de leur subtiliser leurs précieuses informations personnelles. Par exemple, sur Gmail, le service de courriel de Google je reçois hebdomadairement, un message rédigé par un illettré m’exhortant à remplir une fausse fiche personnelle (photo 1). On me demande toutes mes informations confidentielles pour les «valider» afin d’éviter la fermeture de mon compte. C’est de la foutaise, j’en suis très conscient. De plus, le courriel est bourré de fautes, sans compter que sa mise en page est douteuse et ridicule.

Faux sentiment d’urgence!
Par contre, j’ai reçu un autre message cette semaine (photo 2). Celui-là a été pensé, du moins, un peu plus. Une des règles de l’arnaque consiste à déstabiliser les victimes potentielles. «Le serveur a détecté plusieurs tentatives de connexion échouées et non autorisées sur votre compte.» Ces lignes ont capté mon at-tention. Le message continue : «Par mesure de sécurité et en vue de protéger l’intégrité de votre compte, nous sommes dans l’obligation de désactiver votre compte.» Oh! Cela devient sérieux! L’appât est presque avalé. «… si celui-ci n’est pas authentifié dans les 24 heures dès réception de ce message.» En ajoutant une limite de temps, on tente de provoquer une réaction chez la victime potentielle. Afin de rendre le message crédible, on invite l’internaute à cliquer ou à télécharger une page pour revalider ses infos personnelles.


On se raffine…

Mise à part la première image douteuse de la missive électronique, on remarque un certain soin apporté à la seconde image qui pourrait berner bien des néophytes (photo 3). Le logo de Google y est fidèlement reproduit et le corps du message utilise la même police de caractère que la célèbre compagnie. Elle a été calquée avec soin. Les couleurs sont bonnes et on a aussi ajouté quatre petites billes de couleur, comme le fait parfois Google. Heureusement, la première partie du message est affreuse graphiquement et on sent la fraude dès les premiers mots.

Analysons un peu…
Le prétexte de fermeture est bidon. Résumons : quelqu’un a essayé plusieurs fois de se connecter à mon compte et n’a pas réussi… et Google va fermer mon compte parce qu’il est trop bien protégé? C’est n’importe quoi! Le deuxième formulaire m’inquiète plus. Il a l’air vrai. Des gens vont se faire prendre, c’est certain, et ce, même si l’adresse web nous envoie au service internet de la compagnie française Orange, qui n’a rien à voir avec Google…

Restez calme!
Si, en lisant un message, vous sentez un inconfort, prenez du recul! Ne répondez jamais sous l’impulsion de la panique. Évitez de vous laisser berner par une fausse urgence. Ne remplissez jamais ce genre de formulaire et, de grâce, ne donnez jamais vos informations personnelles à personne. Restez calme!

Aussi dans M. Net :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!