Cette semaine, 10 startups françaises arrivent à Montréal dans le cadre du programme d’accélération commerciale French Tech Tour Canada. Métro vous présente une application qui a piqué notre curiosité : une plateforme pour digitaliser et rentabiliser tous ses meubles et appareils de maison. Entrevue avec David Gasoin, cofondateur de CBien, un président qui croit que l’économie du partage va révolutionner la consommation.

Comment fonctionne l’application?
Il s’agit de digitaliser ses biens grâce à son téléphone et l’application va vous aider à en estimer la valeur et à les gérer. Cela peut être utile en cas de sinistre pour les assurances, pour un déménagement, une succession, pour louer un appartement meublé, ou plus simplement pour vendre, louer et partager ses possessions. Pour digitaliser ses biens et évaluer leur valeur, on peut notamment scanner le code barre du produit, ou alors le faire évaluer par un moteur de recherche. S’il s’agit d’un bien unique comme une antiquité, on peut même le photographier et il sera évalué gratuitement en trois semaines par l’un de nos partenaires (Expertissim).

David Gascoin

David Gascoin

Cela permet-il ensuite de louer nos biens (télévision, laveuse, vélo etc) comme si on était une petite entreprise?
On a effectivement développé des partenariats pour faciliter la gestion des biens enregistrés sur notre plateforme. Par exemple, si j’ai une télé et que je veux la vendre, un algorithme va automatiquement calculer combien se vendent les modèles identiques sur internet. On a aussi un partenariat avec ebay et notre plateforme va automatiquement écrire une petite annonce et la placer sur leur site de revente. Dans le même ordre d’idées, on pourra aussi mettre en quelques clics nos objets sur des plateformes d’échange ou de location entre particuliers. Actuellement, ce sont des partenariats avec des sites français, mais on se cherche des partenaires pour se déployer au Québec. Une version Beta sera aussi disponible au Québec dans quelques jours sur l’AppStore et GooglePlay.

Jusqu’où ira l’économie du partage, selon vous?
Actuellement, ce qui fonctionne bien, c’est le partage de biens à forte valeur, comme la maison (Airbnb) ou la voiture (Uber, Blablacar). Nous, on s’intéresse au marché des biens quotidiens de moindre valeur. Ce dernier est moins développé, car ça peut être fastidieux de digitaliser chaque produit et ensuite de les proposer sur le web. CBien vise justement à simplifier ces opérations pour faciliter les échanges. À terme, avec les partenariats qu’on met actuellement en place, quand vous achèterez un livre, le commerçant vous proposera d’inscrire automatiquement le produit dans votre médiathèque CBien. Un membre de votre réseau pourra alors vous contacter pour vous demander de lui prêter le livre quand vous aurez fini de le lire. Ce qui vaut pour un livre, vaut aussi pour votre perceuse, votre vélo ou votre vidéoprojecteur, c’est toute la façon de consommer qui sera ainsi chamboulée.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus