THE CANADIAN PRESS

Le duc et la duchesse de Cambridge ont quitté le Canada le 1er octobre à la suite de leur visite royale de huit jours au pays.

William et Kate ont profité de ce court séjour pour visiter des organismes dont les causes leur sont chères, faire quelques activités en famille et… donner un bon coup de pouce à l’économie canadienne.

Grâce à ses vêtements, la duchesse de Cambridge a su donner une belle visibilité à une marque d’ici. La griffe Sentaler a pu bénéficier de ce que certains appellent «l’effet Kate Middleton».

Tout ce que porte la duchesse est minutieusement scruté par des centaines de milliers de personnes et les vêtements sont rapidement identifiés pour que les femmes puissent se procurer les mêmes. Kate Middleton porte plus souvent qu’autrement des marques britanniques afin de faire rayonner la mode de chez elle, mais lorsqu’elle est en visite royale à l’étranger, elle s’efforce de porter quelques griffes maison en guise de politesse.

Lorsque la duchesse s’est présentée avec une veste grise Sentaler, une marque originaire de Toronto et déjà appréciée par Sophie Grégoire-Trudeau, il n’a suffit que de quelques minutes pour qu’elle soit identifiée et en rupture de stock sur le site de la marque. Au début, une liste d’attente avait été créée pour subvenir aux demandes venant de partout dans le monde et Sentaler prévoyait un délai jusqu’au mois de novembre, puis décembre, puis février et maintenant, on annonce que le modèle porté par Kate Middleton ne sera disponible qu’au printemps prochain, tant la demande est forte.

Toutes les autres vestes du même style sont aussi en rupture de stock.

Aussi dans Tendances :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!