L’époque où les filles portaient des robes roses à froufrous et les garçons,
des t-shirts de superhéros est peut-être révolue. Portrait de deux marques émergentes 
qui se sont donné pour mission d’habiller les petits avec style.

This picture is copyrighted. Please contact me for licensing

Martin Lim Kid

Le duo de designers Danielle Martin et Pao Lim, mieux connu pour sa collaboration avec Reitmans il y a quelques années, plonge dans la mode pour enfants. Et on peut dire qu’ils ont fait leurs devoirs: leur première capsule d’une quinzaine de pièces est destinée aux petits garçons de 2 à 7 ans, un marché négligé par les griffes de prêt-à-porter enfantines de créateurs d’ici, qui se concentrent pour la plupart sur les tout-petits (quand ils ne se limitent pas à des robes pour fillettes!).

La collection, faite pour la vie de tous les jours et tout à fait adaptée au mode de vie actif des garçons d’âge préscolaire, compte cinq t-chandails à manches longues joliment illustrés, une chemise oxford et trois pantalons, notamment.

Qui plus est, les prix (de 
3$ pour un écusson à 40$ pour un chandail à capuchon ou un pantalon chino) sont comparables, voire inférieurs, à ceux de certaines grandes marques populaires 
québécoises.

En exclusivité sur robokidshop.ca

Robe Petite LouPetite Lou

Des célébrités qui lancent leur propre griffe, on en compte de plus en plus. Nouvelles vedettes du web 2.0, les blogueurs commencent également à s’y mettre.

Petite Lou, c’est l’heureuse rencontre entre Marilou, la créatrice de Trois fois par jour, et la talentueuse Amélie Hébert, derrière la défunte griffe d’accessoires pour bébés Amilou Design, qui remportait un beau succès sur la plateforme Etsy.

Toutes les deux aiment les belles choses. Et toutes les deux ont donné naissance à une petite Jeanne en 2015. Voilà assez de similitudes pour leur donner envie de mettre leur sens du beau en commun et de lancer une collection de vêtements pour les minis de 0 à 4 ans fabriquée au Québec et correspondant vraiment à leurs besoins sans pour autant sacrifier le style. On ne connaît pas encore la gamme de prix, mais les deux créatrices promettent des pièces «abordables».

En août, Marilou écrivait sur la page Facebook de la marque «espérer pouvoir lancer le tout avant Noël». Depuis, c’est silence radio.

@petitelou.co sur Facebook

Aussi dans Tendances :

blog comments powered by Disqus