Un homme qui porte du maquillage? Rien de nouveau sous le soleil. Cela dit, Sebastien Mua est l’une des figures de proue d’une nouvelle vague de garçons qui font leur marque sur YouTube et Instagram en élaborant des maquillages sophistiqués. Le jeune Belge de 17 ans rejoint ainsi des vedettes comme Jeffree Star, qui a lancé sa propre ligne de cosmétiques, et Charles James, devenu le premier porte-parole masculin de 
CoverGirl. C’est dans ce contexte que Métro a rencontré Mua, qui compte déjà pas moins de 174 000 abonnés sur Instagram.

Quelques clichés tirés d’Instagram.

Quand avez-vous commencé à vous maquiller? Et après combien de temps avez-vous réalisé que vous pouviez vous bâtir une carrière sur mesure grâce à ce passe-temps?
J’ai commencé quand j’avais environ 15 ans. Le maquillage est un outil fantastique pour augmenter son estime de soi, exprimer qui on est, ou simplement faire valoir sa créativité.

Quels obstacles avez-vous dû surmonter quand vous avez commencé à publier vos vidéos?
J’ai commencé à publier sur YouTube quand j’avais 13 ans. J’étais terrifié à l’idée que mes camarades de classe me ridiculisent, alors je le faisais en secret. Plusieurs se moquaient quand même dans mon dos. S’exposer sur une telle plateforme peut faire peur, mais j’ai découvert que, plus je grandissais, plus j’étais à l’aise avec moi-même, et moins les autres pouvaient me blesser. Aujourd’hui, la haine que je vois en ligne ne me touche pas, parce que tout est une question d’apprendre à s’aimer soi-même. C’est une bataille quotidienne.

Quelle est votre approche créative au moment de réaliser vos vidéos?
Quand je filme, particulièrement pour Instagram, je veux être divertissant et toujours différent. Sur une plateforme comme Instagram, les gens veulent être inspirés et voir du nouveau. J’imagine que c’est ce qui fait que ma page est différente: les efforts que je déploie pour créer des styles différents, du glamour au plus pointu.

Quelle influence pensez-vous avoir sur les jeunes?
Je pense les inciter à s’exprimer et à rester eux-mêmes sans avoir à s’excuser. Ce qui m’a le plus aidé à grandir en tant qu’artiste a été de voir d’autres personnes être vraies.

Certaines personnes jugent encore les hommes qui portent du maquillage, mais pensez-vous que les mentalités changent?
Je pense que ça évolue lentement. Je crois que beaucoup d’hommes aiment porter du maquillage. J’espère que ce n’est qu’une question de temps avant que ça ne soit plus important qu’un homme aime ça ou non.

Est-ce aussi une question de génération?
Quand vous voulez exprimer votre genre, la société vous dicte de faire un choix. Cela dit, sur les réseaux sociaux, vous pouvez voir de plus en plus de gens rester eux-mêmes. Les médias traditionnels le montrent mieux également. Aujourd’hui, vivre de manière authentique peut quand même engendrer son lot de critiques et d’attaques de la part de personnes qui ne veulent pas voir leur vision  des choses être bousculée dans une société changeante.

Quel est votre style préféré?
Difficile à dire! Je dirais que je suis divisé entre le style naturel, que j’adopte le plus souvent, et les yeux charbonneux, avec faux cils, illuminateur et lèvres neutres, parce que ce maquillage me donne l’impression d’être puissant et invincible.

Égéries au masculin

De plus en plus de marques choisissent des garçons pour leurs publicités. Deux exemples parmi d’autres : cet automne, le New-Yorkais James Charles est devenu l’égérie de CoverGirl, alors que Maybelline a fait de même au début de l’année avec la vedette de YouTube Manny Gutierrez.

Aussi dans Tendances :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!