Stuart C. Wilson/Archives Getty Alessandro Michele, directeur artistique de Gucci, et Jared Leto, tous deux symboles du genre neutre

Comment la communauté LGBTQ+ a-t-elle influencé l’industrie de la mode?

De «Monsieur» le duc d’Orléans Philippe à son frère Louis XIV, une des plus grandes sources d’inspiration de la mode au fil des époques, en passant par Oscar Wilde et les designers Christian Dior, John Galliano ou Balenciaga, les hommes membres de la communauté LGBTQ sont souvent considérés comme des références sur le plan vestimentaire. Leur vision de la mode a toujours été et est encore originale.

«Il existe ce stéréotype que les hommes gais ont un don en ce qui concerne la mode et qui serait relié à la vanité et au succès d’habiller les femmes. Le désir “d’être une femme” influencerait la façon dont ils conçoivent des vêtements selon des standards corporels impossibles à atteindre», explique à Métro William Cruz, historien mode et collaborateur au site Fashion Radicals.

«Quand les maisons Chanel et Dior étaient en chicane, Chanel a attaqué le fondateur d’une des plus grandes marques de mode du monde en clamant qu’il privait les femmes de leur liberté dans ses collections, car il n’en rencontrait jamais, ajoute-t-il. C’était très homophobe comme affirmation. On n’est pas obligé d’être une femme ou d’avoir des partenaires féminins pour créer pour elles. Il faut d’abord et avant tout comprendre leurs façons de penser et leurs besoins. Aujourd’hui, nous observons un nouveau phénomène: on peut comprendre un corps de plusieurs façons et créer des vêtements sexy et attirants pour tout le monde. C’est le succès de la communauté gaie.»

Ce succès a été préservé depuis des décennies grâce à l’ingéniosité des designers qui s’est transmise dans la culture populaire. Par exemple, l’introduction de tendances comme l’androgynie (qui présente à la fois des caractéristiques masculines et féminines) ou la mode sans genre, qui permet aux femmes de porter des pantalons et à des acteurs comme Jaden Smith de porter une jupe.

Grâce aux influenceurs issus de la communauté LGBTQ+, des personnes comme le youtubeur Brendan Jordan, alias Diva Boy, la chanteuse Lady Gaga et le chorégraphe à talons hauts Yanis Marshall peuvent embrasser leur diversité à travers la mode. C’est un outil puissant pour tous ceux qui veulent exprimer cew qu’ils sont et en inspirer d’autres à se battre pour leur individualité.

«Il n’y a aucun domaine aussi accueillant que le monde de la mode, grâce à la communauté LGBTQ+ qui l’a transformé», conclut M. Cruz.

Bousculer les conventions

Rencontre avec Shaun Cole, historien de la mode et auteur de  Don We Now Our Gay Apparel: Gay Men’s Dress in the Twentieth Century.

Quelles sont les plus grandes réalisations que l’univers de la mode doit à la communauté LGBTQ+?

Deux choses. Cette communauté a bousculé les conventions, ce qui était acceptable dans la mode «hétérosexuelle». Ça lui a permis d’exprimer son identité par le style et l’apparence. Sa deuxième réalisation importante est sa grande présence dans toute l’industrie. Des photographes, des designers et des stylistes y ont contribué.

Comment cette communauté a-t-elle changé les étiquettes de genre?
Historiquement, elle n’a jamais eu peur de jouer avec cette notion de genre parce qu’elle n’est pas limitée par les conventions. Au fil de l’histoire, on a vu les hommes gais défier les conventions de la masculinité en jouant avec les standards de la féminité et de l’extrême masculinité. Ç’a aussi été observé chez les femmes quand on parle de cross-dressing et de masculinisation. Les personnes transgenres ont aussi contredit l’idée que homme = masculin et femme = féminin.

Ce qui a pavé la voie à la mode non genrée…
On peut dire ça, oui. Cela dit, il est faux de dire qu’il existe une seule communauté LGBTQ+ et une seule image qui la représente. Il est important de comprendre qu’elle est variée et qu’elle doit affronter beaucoup de tensions. De plus, à l’instar de la communauté afro-américaine, sa contribution à l’univers de la mode a été ignorée. Et pourtant, sa relation avec le monde a changé notre façon de s’habiller.

De nos jours, quels sont les principaux défis auxquels fait face la communauté LGBTQ+ dans l’industrie de la mode?
On pense vivre dans un monde égalitaire, mais ce n’est pas vrai pour tout le monde. L’industrie de la mode se situe dans des milieux cosmopolites et libéraux. On pense vivre dans des sociétés ouvertes, mais ce n’est pas toujours vrai. Les personnes transgenres et la communauté ne vivant pas dans le monde occidental font face à des défis de taille.

Aussi dans Tendances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!