Guillaume St-Amand/collaboration spéciale Nyakim Gatwech était de passage à Montréal il y a quelques semaines et s’est prêtée avec naturel à une séance photo improvisée.

La mannequin américaine d’origine sud-soudanaise Nyakim Gatwech vient de décrocher son premier contrat comme égérie d’une gamme de cosmétiques. D’ailleurs, c’est nulle autre que la marque 
montréalaise Annabelle qui a choisi cette beauté d’ébène pour sa campagne automnale. 
Portrait d’une fille qui a su bâtir sa confiance malgré les embûches.

Sa famille est originaire du Soudan du Sud, mais elle-même est née en Éthiopie. Elle a aussi vécu dans des camps au Kenya avant de fuir vers les États-Unis, où elle est arrivée à 14 ans.

«L’adaptation a été ardue, confie-t-elle. Ç’a été difficile parce que je suis différente et que j’ai laissé l’attitude négative des autres envers moi m’atteindre. Pendant longtemps, j’ai eu une faible estime de moi-même, mais avec le temps, j’ai commencé à bâtir ma confiance en moi et c’est pourquoi je suis ici aujourd’hui.»

Nyakim admet devoir beaucoup à sa mère et à sa sœur aînée, qui l’ont guidée et lui ont répété inlassablement à quel point elle était belle et forte.

«Elles m’ont toujours dit que je pouvais réussir tout ce que je voulais, souligne la mannequin. Au début, je gardais tout pour moi – le négativisme et l’intimidation dont j’étais victime – et je m’endormais tous les soirs en pleurant. C’est après m’être confiée à ma famille que j’ai finalement trouvé la force d’avancer.»

Son teint d’ébène, qui lui vaut aujourd’hui le surnom de «reine des ténèbres», lui a ensuite permis de se démarquer dans le très compétitif univers du mannequinat, une route qui n’a pas été exempte d’embûches non plus.

«Ç’a été dur de trouver ma place dans ce milieu», indique-t-elle. Elle y est finalement arrivée en faisant les choses à sa manière. «On a voulu m’étiqueter. Plus jeune, on me disait que je ne pouvais pas porter de rouge à lèvres rouge ou de vêtements jaunes et je me disais que c’était sans doute parce que ça n’allait pas avec mon teint foncé. Maintenant, j’ose et je porte toutes les couleurs que je veux.» C’est aussi ça, avoir confiance en soi!

Un modèle pour les jeunes
Quelques années plus tard, elle a à son tour envie de partager avec les plus jeunes les leçons qu’elle a apprises durant son parcours : «Ne faites pas attention à ce que les autres peuvent dire, au négativisme. Vous êtes belles, intelligentes et fortes! Acceptez-vous telles que vous êtes. Ne laissez pas les énergies négatives vous arrêter et poursuivez vos rêves.»

Aujourd’hui visage d’une collection de cosmétiques, contrat qu’elle voit comme un «honneur», Nyakim Gatwech n’a pas l’intention de s’arrêter au mannequinat. La jeune femme étudie au Minneapolis Community and Technical College dans le but de devenir enseignante au primaire. «J’aime travailler auprès des enfants; c’est ma passion», affirme-t-elle.

Produit chouchou

Même si elle ne connaissait pas Annabelle avant d’être appelée à en devenir l’égérie, Nyakim a vite adopté certains produits phares de la marque. Son préféré? Le crayon pour les yeux, offert dans une multitude de couleurs vives qui lui plaisent beaucoup.

La collection Edge, qui comprend notamment 12 nuances de rouge à lèvres, 3 traceurs pour les yeux, 3 traceurs pour les lèvres et 1 mascara, arrivera en pharmacie le 16 juillet (et en exclusivité chez Pharmaprix pour une semaine dès mardi prochain).

Aussi dans Tendances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!