Pour la première fois, un maître tailleur participe à la Semaine de mode de Montréal.

S’étant «taillé» une place enviable comme créatrice de vêtements sur mesure pour elle et lui, la designer derrière CIN Tailleurs, Cinthya Chalifoux, prend maintenant d’assaut la salle cocktail du Marché Bonsecours pour y dévoiler ses vestons, pantalons, jupes, robes, manteaux et blouses, conçus selon les règles de l’art du tailleur.

«Présenter un défilé à la Semaine de mode est un premier geste, un premier pas pour nous faire connaître. Nous désirons nous positionner sur le calendrier des designers pour que les clients nous perçoivent non seulement comme un service, mais aussi comme une maison de couture qui possède une identité, explique la jeune femme qui a fondé CIN Tailleurs en 2009. Il n’y a pas beaucoup de tailleurs dans le circuit de la mode. Notre métier est très secret. C’est d’ailleurs difficile de trouver un tailleur. Il faut souvent avoir une référence!»

De fait, le métier de tailleur est bien mystérieux pour ceux et celles qui vivent dans un monde où le prêt-à-porter est roi. «C’est une approche complètement différente, souligne celle qui a fait ses classes auprès d’un des derniers maîtres tailleurs de la métropole.  C’est une approche haute couture envers l’ensemble de la garde-robe. Pour nous, les méthodes traditionnelles sont à l’honneur, et tout est dans la précision et la technique.»

Cinthya confie d’ailleurs voir la création de manière très analytique. «Je m’inspire des tendances et des couleurs actuelles, mais ce qui m’inspire le plus, ce sont les lignes et les étoffes, explique-t-elle. Tout part de l’étoffe : on la tient, on la tend, on regarde comment elle tombe. C’est là qu’on décide si ce qu’on va créer sera plus fluide ou plus structuré.»

La collection automne-hiver 2012-2013 pour elle et lui présentée demain sera pour sa part inspirée de la campagne anglaise et de ses sports équestres.

«On y retrouvera beaucoup de tweed et de cachemire. Il y aura aussi beaucoup de mélanges de textures, notamment des mélanges cuir et laine, ainsi que de nombreux détails, dont des boutons de bois et de nacre, décrit celle dont le dada est le veston. Je présente le look anglais revisité de façon très moderne et « sport chic ». C’est une collection dandy, élégante, que je qualifierais d’intemporelle.»

Pour le moment, on retrouve les créations CIN Tailleurs dans la boutique de la designer de fourrure Dominique Ouzilleau, sur la rue Laurier. C’est là aussi que Cinthya rencontre ses clients pour les créations sur mesure. Et elle a l’intention de continuer à offrir ce service unique. Cependant, en se présentant demain comme un vraie créatrice de mode, elle espère bien élargir son réseau de distribution.

Aussi dans Tendances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!