Getty Images Ebonee Davis

La mannequin américaine Ebonee Davis marche dans les traces de célébrités comme Tyra Banks.

CV

  • Ebonee Davis compte 60 600 abonnés sur Instagram.
  • Elle a déjà été photographiée par Terry Richardson.
  • Elle a travaillé pour la boutique en ligne Nasty Gal.
  • En 2016, elle apparaît pour la première fois dans Sports Illustrated.

Plusieurs mannequins qui ont fait la une du numéro spécial Maillots de bain de Sports Illustrated, publié annuellement, connaissent une glorieuse carrière : Tyra Banks, Heidi Klum, Kate Upton et Ashley Graham, pour n’en nommer que quelques-unes. Ebonee Davis, 23 ans, qui figure dans la plus récente édition Maillots du magazine, espère ajouter son nom à cette liste royale : elle fait partie des six finalistes qui pourraient figurer dans l’édition 2017.

Cela dit, la beauté de Seattle n’est pas uniquement mannequin, elle utilise aussi sa voix pour lancer un organisme de bienfaisance, Honey Bees, qui offre des camps d’été aux fillettes défavorisées vivant en ville.

Morceaux choisis d’un entretien à propos de la diversité dans l’industrie de la mode.

Quand avez-vous décidé de devenir mannequin?
J’ai eu envie d’être mannequin très jeune. J’ai grandi en écoutant des émissions comme America’s Next Top Model [elle y a d’ailleurs participé en 2012]. J’ai toujours su que c’était un métier que j’avais envie d’exercer, donc je me suis rendue dans une agence de Seattle, qui m’a recrutée. Je n’avais cependant jamais imaginé participer à un concours visant à figurer dans le Sports Illustrated. Jamais! C’est un rêve devenu réalité.

Même si vous ne gagnez pas ce concours, resterez-vous mannequin?
Dans mon cœur, j’ai l’impression d’avoir gagné. J’ai toujours voulu gagner, parce que je suis de nature très compétitive, mais j’ai envie de continuer, peu importe ce qui arrive, parce que j’aime ce que je fais.

Que pensez-vous du fait qu’il y a encore très peu de mannequins noires dans l’industrie?
Je suis honorée de figurer dans un magazine comme Sports Illustrated. J’espère que l’industrie offrira un jour davantage de diversité. Je veux que les femmes de toutes les ethnies soient représentées. Pour le moment, j’essaie de faire ma part pour que ça arrive.

Que diriez-vous à une jeune fille qui souhaite devenir mannequin?
J’ai toujours essayé d’être patiente en me disant que si j’avais confiance en moi, je pourrais y arriver. J’essaie aussi de ne pas voir les critiques et les refus comme des attaques personnelles et je me concentre sur ce que je veux plutôt que sur ce que les autres veulent. Mon travail, c’est de me concentrer sur l’instant présent.

Nous avons entendu toutes sortes d’histoires d’horreur sur l’industrie du mannequinat, notamment en termes de troubles alimentaires…
Mon petit ami est un entraîneur de boxe au Aerospace High Performance Centre de New York. Je m’entraîne avec lui; j’essaie de passer une heure par jour au gym et même si l’entraînement est difficile, je fais mon possible. J’essaie aussi de bien m’alimenter; je ne suis pas adepte des régimes, mais je bois beaucoup d’eau. C’est horrible de s’affamer : le corps devient plus faible. Parce que je suis souvent loin de chez moi, j’essaie de garder un certain équilibre – même durant des occasions spéciales, j’essaie de bien manger! J’aime particulièrement les salades de Sweet Green, à New York.

VOTE
Date limite pour voter pour une des six mannequins en lice pour l’édition 2017 de l’édition spéciale maillots de bain de Sports Illustrated: 15 avril.

Aussi dans Tendances :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!