Des balbutiements de l’art aux joyaux gastronomiques lyonnais en passant par des paysages à faire rêver, la région Auvergne-Rhône-Alpes recèle d’importantes richesses. Voici deux parcours thématiques pour partir en exploration le long du Rhône à partir de Lyon.

L’aventure humaine

Situé tout au bout de la presqu’île de Lyon, au confluent de la Saône et du Rhône, le Musée des confluences (conçu par le Québécois Michel Côté) raconte le monde d’une façon unique. Des origines de l’Univers et de la vie sur Terre à la place de l’humain dans le monde vivant, le parcours permanent du musée est fascinant. On peut aussi y voir des expositions temporaires comme Antarctica (jusqu’au 31 décembre 2016), un superbe voyage immersif en Antarctique avec l’équipe de Luc Jacquet, réalisateur de La Marche de l’empereur. Si la visite vous creuse l’appétit, bifurquez vers la chic Brasserie des confluences, où Guy Lassausaie, deux étoiles au guide Michelin, vous régalera.

Après ce plongeon jus­qu’aux origines de l’humanité, une balade dans le vibrant quartier Confluence vous remettra à pieds joints dans la modernité. Prenez un moment pour admirer ses bijoux architecturaux le long du quai Rambaud.

Pour souper, sortez de Confluence mais restez en ville. Les Trois Dômes, le restaurant étoilé Michelin du Sofitel Lyon Bellecour, vous comblera avec sa vue époustouflante sur le Rhône et la cuisine remarquable de Christian Lherm.

Caverne du Pont d'Arc, espace de restitution de la Grotte Chauvet-Pont d'Arc - Gorges de l'ArdËche

Le lendemain, dirigez-vous vers le sud, en Ardèche, pour un rendez-vous – rien de moins – avec certaines des plus anciennes manifestations artistiques de l’espèce humaine, à la caverne du Pont-d’Arc, située à 200 km de Lyon. Cette fausse caverne est une réplique hyperréaliste de la grotte Chauvet, découverte en 1994. Ses parois ornées remontent à il y a 36 000 ans – elles sont donc plus anciennes que celles de Lascaux – et la grotte a été scellée pendant 21 000 ans, ce qui lui a conféré un degré de conservation exceptionnel. Elle est inscrite au patrimoine de l’UNESCO, mais il est impossible de la visiter afin d’assurer sa protection, d’où la reconstitution. Attention: la caverne du Pont-d’Arc n’est pas une réplique de pacotille. Elle a nécessité un budget de 55 millions d’euros. Une fois dans les chambres avec un guide passionné, devant les empreintes de pas, les marques de mains et l’évolution des dessins de 14 espèces d’animaux, on est complètement époustouflé et submergé d’émotion en ressentant ce lien avec les êtres humains du passé.

À proximité, le Prehistoric Lodge offre des chambres et des tentes de glamping sur un site bordé par la rivière Ardèche, où on peut faire du kayak. Les mêmes proprios ont récemment ouvert Silex, de superbes hébergements troglodytiques (accolés à la montagne).

Ville et gastronomie

Lyon les Halles Paul Bocuse

Aller à Lyon sans apprécier sa gastronomie serait comme aller dans le Sud sans s’approcher de la plage. Comme détourner les yeux de la tour Eiffel à Paris. Comme… Vous comprenez.
Réveillez-vous au Marriott Cité internationale. Il est un peu éloigné du centre-ville mais tout à côté du Musée d’art contemporain. Humez. À notre passage, en juin, les somptueux parfums de la roseraie du parc de la Tête d’Or, tout à côté, voyageaient jusqu’aux portes de l’hôtel. Profitez de ce joyau de verdure urbaine de 117 hectares pour faire une petite promenade ou du jogging le matin. Vous en aurez bien besoin, puisque la journée se poursuivra à manger, alors…

Le «jardin secret des Lyonnais», toutefois, n’est pas le parc de la Tête d’Or. Ce sont les Halles de Lyon-Paul Bocuse, nous confie le grand chef Joseph Viola. Marché intérieur aux quelque 60 commerçants gourmands, les Halles, «c’est le rendez-vous du Lyonnais qui vient déguster des huîtres ou du fromage», dit M. Viola. À propos de fromage, arrêt obligé chez la Mère Richard, un établissement qui existe depuis 40 ans, pour goûter au Saint-Marcellin, un lait cru. Afin de varier les plaisirs, n’oubliez pas non plus les charcuteries, et le vin, et les macarons, et les pâtisseries…
Une fois bien repus, traversez le Rhône et la Saône et découvrez, sur la colline où on prie Marie depuis le Moyen Âge, la basilique Notre-Dame de Fourvière, achevée en 1896. Tout près, un théâtre et un odéon romain vous attendent.

Descendez ensuite jusqu’au Vieux-Lyon, ses rues et ses traboules. Large de quelques rues seulement, le quartier est classé au patrimoine de l’humanité de l’UNESCO.

Terminez cette journée à Vienne, à une trentaine de kilomètres au sud de Lyon. Les amoureux de la période romaine apprécieront cette ville, qui possède de nombreux vestiges, dont un théâtre et un temple. C’est aussi à Vienne que vous mettrez les pieds à La Pyramide, autrefois le restaurant de Fernand Point, premier chef à obtenir trois étoiles au Guide Michelin et aujourd’hui un établissement tenu par Patrick Henriroux (deux étoiles Michelin) et sa famille. L’Espace PH3 est le bistro gastronomique de l’endroit, décontracté. Jetez un coup d’œil à la carte des chartreuses à la fin du repas, ça vaut le coup! La Pyramide est aussi un hôtel fort moderne, membre de Relais & Châteaux.

Boni: Romance en Ardèche et dans la Drôme

musée de la lavande

Les champs de lavande ne sont pas très loin de la caverne du Pont-d’Arc. Pour un parcours empreint de romantisme, faites un détour vers Saint-Rémèze, en Ardèche, au Musée de la lavande. Vous y apprendrez comment distinguer les quatre sortes de lavande qu’on trouve en France, comment les utiliser et comment se fait la distillation. Inutile de dire que ça sent très bon. Ouvert d’avril à octobre.

Terminez la journée à Grignan, dans la Drôme, à moins de 50 km du Musée de la lavande. Cette charmante petite commune de moins de 2 000 habitants a vu mourir Mme de Sévigné en 1696 et est connue pour son Festival de la correspondance.

Au Clair de la plume, vous pourrez goûter aux plats gastronomiques préparés par le chef Julien Allano (une étoile Michelin) et aux desserts de Jean-Christophe Vitte (meilleur ouvrier de France 2015 et champion du monde de desserts glacés). Les chambres de cet hôtel-restaurant sont d’un grand confort, mais si vous souhaitez une expérience vraiment hors de l’ordinaire, c’est le pavillon des Amoureux qu’il vous faut : à quelques minutes à pied du bâtiment principal, isolé mais près de la piscine, il se trouve dans un décor à couper le souffle avec vue sur le château. Vous pourrez vous y endormir au doux son des coassements des grenouilles.

Notre journaliste était l’invitée d’Air Canada, Auvergne Rhône-Alpes Tourisme et Atout France. Air Canada propose des vols directs, offerts à longueur d’année, entre Montréal et Lyon.

Aussi dans Vacances :

blog comments powered by Disqus